• Accueil
  • Les Magdaléniens dans leurs campements
  • Normes et variations techniques
  • Entre les campements, parfois des différences

D’un niveau à l’autre, on observe parfois des nuances dans la production des lames et des lamelles. Il n’est pas toujours aisé de décrypter les causes de cette variabilité dans les manières de faire. Elles peuvent être multiples, d’ordre sociologique (qui taille ?), fonctionnel (pour quoi ?), ou culturel (selon quelles normes techniques précises ?).

Des variations dans les choix techniques

Les débitages laminaires réalisés dans les habitations D71 révèlent un choix technique original, celui de débiter des longues lames rectilignes, alors que dans d’autres habitations, les tailleurs ont obtenu des lames courbes. Autre exemple de variabilité technique entre les campements : les lamelles utilisées comme armatures de projectile sont parfois extraites de petits blocs de silex, parfois sur des produits de taille, lames ou éclats préalablement débités.

Une gestion évolutive du silex

La comparaison entre deux habitations du locus 1, Q31 et U5, fait apparaître des différences dans l’exploitation de cette ressource. Dans l’habitation Q31, la plus récente, on observe une sélection moins rigoureuse des blocs de silex et un plus grand nombre de débitages simplifiés menés avec moins de soin et de savoir-faire. L’hypothèse proposée pour expliquer cette baisse relative de la qualité des débitages par rapport à ceux de U5 est celle d’une gestion sociale moins rigoureuse du silex, peut-être liée à un changement des comportements et des valeurs relatifs à cette ressource.