Mobilier de la tombe féminine de la fin du Ve  - début du VIe siècle. © UASD / J. Mangin

Mobilier de la tombe féminine de la fin du Ve - début du VIe siècle. © UASD / J. Mangin

Une tombe de la nécropole extérieure

Au nord de l'abbatiale, l'Unité d'archéologie a découvert plusieurs tombes du cimetière extérieur de la basilique primitive. Ces premiers chrétiens, inhumés dans des cercueils de bois, étaient orientés avec le regard dirigé vers l'est d'où, selon leur religion, sera annoncée la Résurrection. Ils conservent néanmoins certaines pratiques d'origine païenne, comme le dépôt d'objets dans les tombes. Ainsi, la sépulture d'une femme qui renfermait des accessoires vestimentaires caractéristiques de la fin du Ve – début du VIe siècle. La défunte portait un vêtement maintenu par deux fibules en argent doré. L'une, de type aviforme, est sertie de grenats et l'autre, de type ansé digité, est ornée d'un entrelacs. La parure comprenait également une perle de verre.

Une monnaie, déposée dans la bouche du cadavre, se rattache à la croyance antique qui voulait, selon la mythologie, que les âmes des morts devaient à Charon une obole pour payer la traversée de l'Achéron, le fleuve des Enfers. On peut toutefois se demander si les Mérovingiens qui continuaient à pratiquer ce rituel, connaissaient encore la signification originelle de ce geste de tradition méditerranéenne.