Fouille de la sépulture néolithique. © UASD / E. Jacquot

Fouille de la sépulture néolithique.

© UASD / E. Jacquot

Quatre grandes fosses ayant pu servir de silo pour stocker le surplus des récoltes, une aire de débitage de silex et une sépulture isolée sont les plus anciennes attestations de la présence humaine sur le site de la future basilique.

Dans une fosse de plan triangulaire, le corps, en position fléchie, était couché sur le côté droit, la tête au sud et le visage tourné vers l'est. Les bras étaient ramenés sur la poitrine et les mains touchaient le cou. Toutes les connexions anatomiques étaient conservées, observation qui révèle un comblement de la fosse dès le dépôt du corps. L'étude anthropologique montre que le squelette est celui d'une femme âgée. Dans la région, ce type de sépultures est caractéristique du néolithique ancien.