"Le site des 2000 mires" : le totem du Temps. © UASD / N. Meyer Rodrigues

Lorsque des fouilles d'envergure sont effectuées à Saint-Denis, des journées portes ouvertes, des visites, sont organisées pour permettre au public de découvrir, sur le chantier même, leurs premiers résultats. Dans la mesure du possible, les chantiers en cours de fouille restent visibles du public qui est tenu informé, dans les grandes lignes, de l'actualité de la recherche par des feuilles d'information ou des panneaux, ou encore des "points d'info" à heures fixes.

"Le site des 2000 mires" : le chemin à remonter le temps.© UASD / N. Meyer Rodrigues

"Le site des 2000 mires" : parcours de visite du site en cours de fouille et totem consacré à la civilisation gauloise. © UASD / N. Meyer Rodrigues

Le site des 2000 mires", avenue de Stalingrad

Un établissement rural du Ier siècle avant notre ère a été découvert aux confins nord de Saint-Denis, en face de la cité Allende, à deux pas de la station de métro Saint-Denis Université et à proximité de Paris 8, dans l'une des rares zones maraîchères qui subsistent encore à Saint-Denis. Ce fut l'occasion, en l'an 2000, de monter un projet de socialisation original dont l'emblème fut la mire, instrument de visée et de repérage. L'invention de la formule "une mire = 1 an, 2000 mires = 2000 ans" permit de créer un chemin à remonter le temps sur 2000 ans. Le public se présentait devant la porte de l'Espace et du Temps, matérialisée par deux totems, s'engageait sur le chemin jalonné par les mires, atteignait un troisième totem évoquant la civilisation gauloise, découvrait le chantier du haut d'un belvédère, était enfin accueilli par des archéologues pour découvrir le site en cours de fouille. 

Ce fut une aventure à la fois scientifique, culturelle et sociale et une action de fond qui permit de sensibiliser les habitants à l'histoire ancienne de leur quartier et d'établir de nombreux partenariats, notamment avec des associations de prévention et d'insertion. Cette opération qui fut lauréate de la "Bourse aux projets pour l'an 2000" du conseil régional d'Île-de-France a bénéficié du soutien de l'État, ministère de l'Équipement (AFTRP) et DRAC île-de-France (Service régional de l'Archéologie et Service de l'Action et de l'Innovation Territoriale).

Le

Le "village des artisans", Véronique Durey réalisant des fac-similés de poteries médiévales, 2005. © UASD / J. Mangin

Les rendez-vous annuels

Les journées européennes du Patrimoine sont un moment privilégié pour restituer au public les découvertes de l'année, le résultat des études en cours et présenter les objets nouvellement restaurés.
Depuis 2004, la fête de Saint-Denis qui se déroule aux alentours du 9 octobre, est devenue un autre temps de rencontre avec la population.
Un "village des artisans" fait revivre au travers de l'archéologie expérimentale et de la démonstration de savoir-faire anciens certaines techniques de fabrication ou de décor observées sur les objets archéologiques.
Il ne s'agit pas de rendez-vous passéistes mais de moments où se rencontrent savoir-faire d'antan et d'aujourd'hui, artisans d'ici et d'ailleurs et Dionysiens connaisseurs, ou simplement curieux. 
 

Cuisson en tas de répliques de poteries gauloises : le feu est recouvert de paille. © UASD / N. Meyer Rodrigues
Cuisson en tas de répliques de poteries gauloises : préparation du feu. © UASD / N. Meyer Rodrigues

Cuisson en tas de répliques de poteries gauloises : le feu est recouvert de paille. © UASD / N. Meyer Rodrigues

Cuisson en tas de répliques de poteries gauloises : préparation du feu. © UASD / N. Meyer Rodrigues