Localisation des occupations du Louvre. infographie. © A.-B. Pimbaud. Paris antique

Localisation des occupations du Louvre.

Infographie

© A.-B. Pimbaud.

Les fouilles des Jardins du Carrousel ont été réalisées dans le cadre des opérations archéologiques menées entre 1983 et 1993, préalablement et parallèlement aux travaux d’aménagement du « Grand Louvre ». Elles permirent d’appréhender l’histoire du site, du Néolithique jusqu’au siècle dernier.

Le Néolithique

Les premiers indices d’une occupation datent du Néolithique. Des populations d’agriculteurs éleveurs se sont établies dans le courant du Ve millénaire sur les terres fertiles des basses terrasses alluviales, 9 mètres au dessus du niveau le plus bas de la Seine. Le site a livré de petites excavations creusées pour l’extraction du limon et comblées avec des rejets domestiques (mobilier lithique, tessons de céramique, fragments de torchis) qui indiquent la proximité d’une zone d’habitat.

Fosse néolithique en cours de fouille, avec torchis rubéfié. Cliché fouille des Jardins du Carrousel. Paris antique

Fosse néolithique en cours de fouille, avec torchis rubéfié.

© Cliché fouille des Jardins du Carrousel.

L’Âge du Bronze

Le site a livré très peu de témoins d’une occupation entre le Néolithique et l’Âge du Bronze. Le seul vestige attribuable à cette période est une sépulture aménagée dans une fosse rectangulaire, disposant peut-être d’un coffrage en bois. Le défunt est un homme adulte de forte stature, inhumé sur le dos, les membres inférieurs repliés, les genoux contre les épaules. Aucun mobilier funéraire ne l’accompagnait.

À la fin de l’Âge du Bronze, plusieurs structures en creux, dont des fosses-silos, des trous de poteau et peut-être un cercle funéraire, témoignent d’une nouvelle occupation humaine. Ces traces marquent manifestement la présence d’un habitat installé sur les rives de la Seine. L’existence d’une ferme isolée est vraisemblable ; la grande variété des restes végétaux souligne la présence de cultures diversifiées.

Sépulture du Néolithique final ou de l’Âge du Bronze ancien. Cliché fouille des Jardins du Carrousel. Paris antique

Sépulture du Néolithique final ou de l’Âge du Bronze ancien.

© Cliché fouille des Jardins du Carrousel.

L’Âge du Fer

L’occupation de l’Âge du Fer a laissé les vestiges les plus nombreux : des fosses-silos et des sépultures à inhumation avec épée et anneaux.