Les pionniers

William K. Loftus est le premier à entreprendre des travaux archéologiques à Tell es Senkereh, en 1854, qu’il identifie comme l’antique Larsa. Bien des années plus tard, en 1903, le chercheur allemand Walter Andrae séjourne à Larsa et procède à quelques relevés et sondages. Le site est exploré peu de temps après par Edgar J. Banks.

Les fouilles d’André Parrot

Dans les années 1920, le site de tell es Senkereh était la cible d’un pillage systématique. Pour répondre à cette urgence, la France obtient la concession du site en 1931. Après le déménagement de la mission archéologique de Tello, la première campagne est conduite par André Parrot de février à avril 1933. Il effectue plusieurs grandes tranchées, identifie le palais de Nûr-Adad et fouille une porte orientale de la ville. Après plus de 30 ans d’interruption des travaux, André Parrot revient à Larsa en 1967 où il dirige deux campagnes en janvier et décembre, consacrées notamment à la réalisation d’un sondage stratigraphique. Lors de prospections autour de Larsa, André Parrot découvre les sites de Tell el ‘Oueili et de Tell Tawil, jonchés de matériel peint de l’époque d’Obeid.

Les campagnes de Jean Margueron

Jean Margueron prend la direction des fouilles en 1969 et effectue deux campagnes à l’hiver 1969-1970 et l’automne 1970. Il reprend les travaux sur le palais de Nûr-Adad, dont il dresse le plan. Il ouvre également un chantier secondaire au nord du tell de l’E.babbar, découvrant les ruines du temple de Šamaš. Il entreprend également un sondage dans une zone d’habitat, au nord-est du centre-ville, opération placée sous la responsabilité de Jean-Louis Huot.