La Photographie du matériel trouvé en fouille a toujours été une opération mal aimée.

Photographier à la chaîne en couleur puis en noir et blanc des dizaines ou des centaines d'objets n'a rien de plaisant et personne n'aime pareille corvée repoussée aux derniers jours de la campagne quand chacun a de nombreuses tâches à terminer et peu de temps pour le faire.

 Deux personnes sont affectées à ce travail : Jean-Louis Huot et le "Photographe" désigné. Pour plus d'efficacité, on procède par séries en fonction de la taille des objets : les petits objets de moins de 15 cm prennent place sous un statif et sur fond noir, ceux de taille inférieure à 40 cm sur une table avec un fond de grandes feuilles de papier gris et les plus grandes pièces, souvent des jarres, sont déposées sur le flanc de la dune appuyée à la maison. Le "Photographe" se charge de la partie technique de la séquence (brossage du fond, mise en place de l'objet et de l'échelle, cadrage, mise au point, déclenchement), Jean-Louis s'occupe du reste (enregistrement sur le cahier Photographie, marquage et rangement de la pièce puis extraction de la suivante).

Il faut peu de temps pour trouver les automatismes d'enchainement et le travail avance ensuite rapidement, à peine ralenti à l'occasion par un changement de piles, de film ou de stylo, et quatre ou cinq demies journées bien remplies suffisent à en venir à bout. Il ne reste alors plus qu'à attendre, non sans un peu d'anxiété, le retour des films du laboratoire de développement.