Le tournant du IIe millénaire av. J.-C. est marqué par la prépondérance de la ville d’Isin, qui reprend l'héritage d’Ur. Larsa, où s’installe une dynastie amorrite, est alors sous le joug de sa puissante voisine.

L’émergence de Larsa

À partir du 4e souverain amorrite de Larsa, Zabaya (1941-1933) Larsa étend son autorité vers l'est. La ville est fortifiée sous le règne de Gungunnum (1932-1906), qui parvient progressivement à concurrencer la prédominance d’Isin. Il libère la ville d’Ur en 1925 et favorise l’indépendance d’Uruk et Kisurra. Son successeur Adî-sarê (1905-1895), remporte en 1896 une grande victoire sur Isin.

À la conquête de la Babylonie

À partir du règne de Sûmû-El (1894-1866), Larsa contrôle la ville sainte de Nippur. Le souverain entreprend d’importants travaux d’irrigation qui stimulent l’expansion économique de la cité. Après quelques revers sous le règne de Nûr-Adad (1865-1850), Sîn-iddinam (1849-1843) rétablit la situation en remportant d’importantes batailles sur Babylone et Ešnunna, mais meurt écrasé par un bloc de pierre de l’E.babbar. Sîn-iqîšam (1840-1836) poursuit la fortification de la ville et développe l'irrigation.

Le triomphe de Larsa

Après une période de transition, marquée par un changement de dynastie, Kudur-mabuk, qui ne porte pas de titre royal et Warad-Sîn (1834-1823) rétablissent la puissance de Larsa. Le règne de Rîm-Sîn (1822-1763), qui dure près de 60 ans, marque l’apogée de Larsa. En 1802, il conquiert Uruk puis triomphe enfin du grand ennemi en s’emparant d’Isin en 1794.

La chute

La deuxième partie du règne de Rîm-Sîn est marquée par l’arrêt des conquêtes. Babylone, gouvernée par Hammurabi, se retourne alors contre Larsa et prend la ville, après un long siège, en 1763 av. J.-C. Cet événement marque le début de l’hégémonie de Babylone sur la Mésopotamie du sud.