La modélisation, une technique qui permet de reproduire fidèlement la forme et le volume d’un objet en créant une image-modèle en 3D est aujourd’hui couramment utilisée en archéologie sous-marine.

De la photogrammétrie…

Depuis le premier relevé photogrammétrique réalisé en 1849, la technique a énormément progressé mais le principe demeure le même : obtenir des informations sur la forme et les dimensions d’un objet à partir de nombreuses photographies qui en restituent, à l’échelle, une vue générale tridimensionnelle. Les chercheurs modifient ensuite leur angle de vue afin d’étudier l’objet sous toutes les coutures. Les reliefs sont vus par stéréoscopie, à l’image du regard humain dont chaque œil perçoit une image différente de l’objet, la combinaison des deux images créant le volume. Des engins automatisés (ROV) réalisent désormais les prises de vue et l’utilisation de la photogrammétrie sur les gisements à grande profondeur se développe.

…à la modélisation

Les relevés photogrammétriques fournissent une galaxie de points. À partir des points de référence positionnés sur les photos, celles-ci sont assemblées et documentées. L’on obtient ainsi un fichier de points qui associe les coordonnées des photos et celles du terrain. Un logiciel 3D traite ensuite l’ensemble des données de sorte à produire un modèle virtuel de l’objet dans ses trois dimensions. Plus les points sont nombreux, plus le volume de l’objet sera dessiné avec précision.