La reprise des travaux de publication du Dictionnaire archéologique accompagné de ses planches est une entreprise complexe à plus d'un titre. Émile Cartailhac est désormais seul à rédiger les notices, et Salomon Reinach se heurte aux coûts et à l'organisation de leur publication par l'Imprimerie nationale. À ceci s'ajoute la perte des plaques gravées en cuivre, nécessaires à l'illustration, comme l'indique cette lettre datée de 1912. Près de 50 ans séparent l'édition du premier fascicule de celle du dernier, en 1924.

Archives nationales, F17/17175
Lettre manuscrite de l'Imprimerie Nationale à Salomon Reinach datée du 11 avril 1912