• Accueil
  • Histoire du Yémen
  • Les royaumes sudarabiques
  • Des royaumes combattants (Ier-IIIe s.)

Au début de l’ère chrétienne, les royaumes caravaniers disparaissent à l’exception du Hadramawt, faisant place à de nouvelles puissances établies sur les hautes terres du Yémen : les fédérations tribales de Himyar, Radmân, Madhâ, Samʿy entre autres. Elles se livrent à une lutte permanente pour l’hégémonie.

Les hautes terres, nouveau centre de peuplement et de pouvoir

L’un des phénomènes les plus remarquables du début de l’ère chrétienne est le recentrage du pouvoir sur les hautes terres. On y voit émerger de nouveaux centres de peuplement tels que les capitales royales de Zafâr et Sanaa ou de grands centres tribaux comme Naʿît et Hasî. En complément des terrasses agricoles, des barrages monumentaux sont bâtis dans cette région et de nouvelles terres cultivables aménagées, accroissant plus encore les rendements.

Trois royaumes en conflit

Plusieurs événements modifient les contours des royaumes sudarabiques : les royaumes de Sabaʾ et celui de Maʿîn disparaissent à la suite de l’expédition d’Ælius Gallus (-26/-25) créant un vide qui profite à un royaume émergeant dans le Sud des hautes terres, Himyar. Les royaumes d’Awsân et de Qatabân sont annexés par le Hadramawt au IIe siècle. À cette même période, une fédération de tribus du Nord des hautes terres, Samʿy, entreprend de refonder le royaume de Sabaʾ disparu plus d’un siècle auparavant.

Ces trois grands pouvoirs, Sabaʾ au nord, Himyar au sud et le Hadramawt à l’est, alternent alliances et affrontements jusque 275, date de la disparition définitive de Sabaʾ et 300, date de l’annexion du Hadramawt par Himyar.

L’avènement du commerce maritime

Parmi les puissances dominantes, Himyar et le Hadramawt bénéficient de l’essor du commerce maritime. Les ports de Makhawân (al-Makha) pour Himyar et de Qanîʾ (Biʾr ʿAlî) au Hadramawt offrent une porte d’entrée pour les produits de luxe importés d’Inde et du bassin méditerranéen. La statuaire romaine influence la production artistique locale, le cheval est introduit dans la région, modifiant les pratiques élitaires et celle de la guerre. Des missions diplomatiques sont échangées avec l’Inde, Palmyre et l’empire romain.