Un plateau aride entrecoupé de vallées encaissées

Les hautes terres qui dessinent un arc de cercle se prolongent vers l’est au Hadramawt et au Mahra. Il s’agit désormais d’une table calcaire complètement dénudée, dont l’altitude varie entre 1 000 et 1 500 m. Cette formation calcaire est disséquée par un réseau dense de thalwegs qui drainent les eaux de pluie en direction d’une large vallée centrale, le wadi Hadramawt. Ce dernier incise le plateau transversalement, d’ouest en est. Les wadis forment des vallées plates, bordées d’accumulations d’alluvions et délimitées par de hautes falaises calcaires. L’ensemble dessine un paysage de canyons.

Un peuplement ancien du plateau

La présence humaine sur le plateau du Hadramawt, bien attestée lors des épisodes humides de la préhistoire, tend à se raréfier il y a 5 000 ans, alors que le climat devient plus aride et que les sources d’eau se tarissent. Les populations trouvent un refuge plus durable dans les fonds de vallées où des premiers villages apparaissent. Une maîtrise croissante de l’irrigation mène progressivement à l’apparition de vastes palmeraies et de cités bâties en terre dans ces vallées encaissées.