Sarcophages décorés en plâtre moulé, VIIe siècle. © UASD . O. Meyer.
Panneau de tête d'un sarcophage en plâtre orné d'une composition circulaire, VIIe siècle.  © UASD / E. Jacquot.
La fabrication d'un sarcophage en plâtre en trois étapes.  © UASD / M. Wyss.

Sarcophages décorés en plâtre moulé, VIIe siècle. © UASD . O. Meyer.

Panneau de tête d'un sarcophage en plâtre orné d'une composition circulaire, VIIsiècle. 
© UASD / E. Jacquot.

La fabrication d'un sarcophage en plâtre en trois étapes. 
© UASD / M. Wyss.

Avec la fabrication des sarcophages en plâtre, l'artisanat mérovingien développe un art funéraire particulièrement original. En moulant des cuves d'un seul tenant, à l'aide d'un double coffrage en planches de bois réutilisable, les tombiers ont mis au point un procédé de fabrication en série. Certains moules ont ainsi permis de réaliser plusieurs dizaines de cuves.

Des ornements gravés en creux dans le moule en bois permettaient d'obtenir un décor en relief. Les emplacements habituels des décors sont les côtés extérieurs des panneaux de tête et de pied. La décoration des longs côtés et des faces intérieures des cuves est plus rare. Les graveurs se sont inspirés d'un répertoire ornemental que l'on suppose propre à l'art populaire. Les motifs géométriques composés de roues, de rosaces, de cercles sécants et d'étoiles y prédominent.

​Intégrés dans ces champs décoratifs, les signes chrétiens tels que croix, chrisme et oiseaux affrontés ont pu, de surcroît, être utilisés pour leur simple valeur ornementale. Certaines de ces compositions paraissent néanmoins inspirées par le décor monumental, plus particulièrement par l'ornementation des éléments de clôture de chancelou de balustrade.