Un pilier du chancel qui clôturait le tombeau

La tombe du saint martyr dut attirer beaucoup de fidèles. D'après le récit de Grégoire de Tours, le tombeau se présentait sous la forme d'un sarcophage surélevé dont le couvercle, à double versant, était drapé d'un tissu serti d'or, de pierres précieuses et de perles. 

Un pilier de chancel paraît provenir d'un aménagement protégeant ce tombeau de l'afflux des pèlerins. Il fut découvert en 1947, remployé dans la fondation d'un agrandissement de la basilique mérovingienne. Le pilier, de section carrée, est entaillé de larges feuillures destinées à encastrer des panneaux d'une clôture haute de 90 cm. Deux de ses faces sont sculptées en faible relief et peintes en ocre jaune et rouge. Le répertoire décoratif, de tradition antique, inclut le rare motif d'un entrelacs proche du décor de certaines fibules découvertes dans la nécropole du VIe siècle.

Proposition d'assemblage du pilier avec le fragment d'un deuxième pilier et celui d'un panneau de chancel également découverts à Saint-Denis ; VIe siècle. © UASD / J.-P Marie,M. Wyss.

Proposition d'assemblage du pilier avec le fragment d'un deuxième pilier et celui d'un panneau de chancel également découverts à Saint-Denis ; VIe siècle. © UASD / J.-P Marie,M. Wyss.

Reconstitution de la polychromie du pilier de chancel attribué au VIe siècle.  © UASD / M. Wyss.

Reconstitution de la polychromie du pilier de chancel attribué au VIe siècle. © UASD / M. Wyss.