Les mesures-étalons placées à l'entrée de l'abbatiale et dessinées par Philippe Buache vers 1740. © BNF / Cabinet des Estampes.

Les mesures-étalons placées à l'entrée de l'abbatiale et dessinées par Philippe Buache vers 1740. © BNF / Cabinet des Estampes.

Pour toutes les transactions, les marchands avaient l'obligation d'utiliser des mesures de capacité, de longueur et de poids spécifiques à Saint-Denis. Elles avaient pour référence des mesures-étalons détenues par l'abbaye : le Cochet ou "ongle de griffon" pour la vente du vin dans les tavernes était déposé dans le trésor ; à l'entrée de la basilique, une table avec cinq récipients destinés à la mesure des céréales, du sel et de la guède était associés à une aulne, mesure de longueur, scellée dans le mur ; le grand et le petit poids étaient conservés du côté des halles.