• Accueil
  • Vivre et travailler à Nimrud dans les années 1950
  • Max Mallowan, un archéologue de l’Orient

L'archéologue britannique Sir Max Mallowan consacra sa carrière à explorer de nombreux sites d'Irak et de Syrie, de la Préhistoire à l'époque néo-assyrienne.

De Londres à l’Irak

Sir Max Mallowan naquit le 6 mai 1904 dans la banlieue de Londres, d’un père d’origine autrichienne et d’une mère française. Aîné de trois frères, il étudia à Oxford et fut recruté en 1925 comme assistant général de Leonard Woolley sur la fouille d’Ur, en Irak. Il découvrit alors l’Orient et l’archéologie et passa cinq mois par an sur ce site, jusqu’en 1931. C’est d’ailleurs à Ur qu’il rencontra sa future épouse, Agatha Christie, invitée par Katharine Woolley en 1930.

Une décennie de fouilles, en Irak et en Syrie

Après sept saisons à Ur, Max Mallowan entreprit la fouille d’un sondage profond sur le chantier de Reginald Campbell Thompson à Ninive en 1931-1932. Il reçut l’année suivante sa première direction de mission, sur le site préhistorique d’Arpachiyah, situé à 6 km de Ninive. Les années suivantes, il commença de nouvelles recherches archéologiques dans le nord-est de la Syrie, à Chagar Bazar et Tell Brak sur le Habur et dans la vallée du Balikh. Pendant ces campagnes, qui duraient plusieurs mois par an, il était accompagné de deux ou trois assistants et de son épouse Agatha Christie. Celle-ci était d’ailleurs en charge de la couverture photographique des missions.

Les années 1940

Pendant la seconde guerre mondiale, Max Mallowan fut engagé dans la Royal Air Force, d’abord au Caire, puis à Tripoli en Libye. Après la fin de la guerre, il envisagea l’ouverture de nouvelles fouilles archéologiques en Irak. Il fut nommé en 1947 professeur d’archéologie de l’Asie occidentale et devint en 1949 le premier directeur de la British School of Archaeology in Iraq.

 

Carte des sites fouillés par Max Mallowan

Max Mallowan consacra toute sa carrière à l'exploration archéologique de la Mésopotamie. Entre 1925 et 1958, il explora de manière presque continue de nombreux sites archéologiques d'Irak et de Syrie.