• Accueil
  • L’Ezida de Nimrud, un centre savant
  • Le conservatoire des serments
  • L’Ezida, lieu des serments

Une cérémonie dans l’Ezida

En 672 av. J.-C., Assarhaddon (680-669 av. J.-C.) convoqua tous les gouverneurs, fonctionnaires et vassaux d’Assyrie à Kalhu, l’actuelle Nimrud, afin qu’ils jurent solennellement de reconnaître Assurbanipal (668-630/627 av. J.-C.) comme prince-héritier. Cette cérémonie eut lieu le 12e ou le 18e jour du mois aiaru (deuxième mois de l’année, avril/mai), probablement dans le temple de Nabu même.

Les scribes de l’Ezida préparèrent à cette occasion près de 200 copies scellées du texte que chaque récipiendaire devait recevoir à Kalhu. Les tablettes scellées découvertes dans l’Ezida n’étaient pas des copies destinées aux archives du temple, mais des originaux que des seigneurs mèdes ne vinrent pas chercher.

Nabu, maître des Destinées de l’Assyrie

Le dieu principal des Assyriens était Assur dont l’unique temple se trouvait à Assur, la première des capitales assyriennes. Kalhu, qui fut capitale à partir d’Assurnasirpal II (883-859 av. J.-C.) perdit ce statut lorsque Sargon II (721-705 av. J.-C.) fonda Dur-Sharrukin, l’actuelle Khorsabad.

Cependant, c’est certainement l’importance du temple dédié à Nabu qui incita les Assyriens à y organiser la prestation de serments. En effet, Nabu était le « scribe des Destinées » et les tablettes qui étaient rédigées sous sa divine protection étaient investies de pouvoir magique.

Les tablettes de traité étaient ensuite déposées dans des temples où elles étaient certainement suspendues afin d’être lisibles. Le traité découvert à Tell Tayinat, en Turquie actuelle, enjoignait le récipiendaire à « garder la tablette scellée comme un dieu ».