Découvert en 1869 par Joseph Halévy, le site tombe dans l'oubli jusqu'en 1980, date à laquelle la Mission archéologique française entreprend une première étude de l'édifice.

La mission épigraphique de Joseph Halévy

En 1869, Joseph Halévy, chargé par l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de relever les inscriptions yéménites, se trouve à al-Hazm, la préfecture du Jawf. Il découvre là un premier temple aux portes décorées de figures féminines : probablement des divinités auxquelles les Arabes de la région donnent le nom de Binât 'Ad ou "Filles de 'Ad". Il poursuit alors sa route plus à l'est, et finit par arriver à as-Sawdâ' où il reconnait un autre sanctuaire décoré de motifs similaires.

La Mission archéologique française d'as-Sawdâ'

En 1980, la Mission archéologique française, dirigée par Jean-François Breton entreprend une première étude sur l'édifice tel qu'il se présentait. La fouille archéologique est menée de 1988 à 1990. 

Le temple de Nashshân avant fouille

Le temple de Nashshân avant fouille

1985 © Mission archéologique française dans le Jawf /  cl. Jean-François Breton