La quasi-totalité des blocs du temple ont été retrouvés, soit près de 180.

Étude et reconstitution du temple

Ce sont des poteaux, des poutres, des linteaux des dalles de couverture et des blocs moulurés. Leur étude minutieuse permet à l'architecte Gérard Robine une reconstitution très fidèle de l'ensemble architectural.

Ainsi, dans la cour, les piliers des portiques soutenaient des architraves (ou linteaux d'entablement) qui à leur tour soutenaient à l'orthogonale de longues dalles franchissant les portiques. Enfin la couverture totale des portiques. Un chaîneau collectait les eaux de ruissellement qui se déversaient par une gargouille. Finalement, la disposition de tous ces blocs de toiture ne laissait qu'un espace central à ciel ouvert de 6,70 m sur 6,17 m soit 41 m2.

En conclusion, ce sanctuaire représente l'unique exemple d'un temple du VIIIe s. av. J.-C. entièrement reconstitué.