Le chroniqueur et géographe persan Ibn al-Faqih (Xe siècle) rapporte que lors des travaux d’aménagement de la mosquée, les ouvriers découvrirent une chapelle souterraine contenant la tête de Saint Jean-Baptiste. Informé de cette découverte, le calife al-Walîd Ier aurait ordonné que la sainte relique soit enterrée dans la salle de prière, sous un pilier ensuite plaqué de marbre, depuis monumentalisé par un édicule à dôme. Ces reliques sont vénérées par les chrétiens et les musulmans.

Felix Bonfils, 1875.

Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine
Reliquaire de Saint Jean-Baptiste. 1875