Les décors retrouvés au palais de Qasr al-Hayr al-Gharbî témoignent d’une volonté de fusionner traditions sassanides et byzantines pour donner naissance à un art proprement islamique. Ainsi, la façade en pierre a reçu au niveau de l’entrée un revêtement de stuc sculpté, technique jusque-là inédite dans la région. Certains motifs, tels les frises de rosettes, les médaillons bordés d’un cordon de perles ou encore les merlons crénelés du sommet, sont autant d’emprunts fait à cette même tradition sassanide. Cependant, les personnages en très-haut relief qui se trouvaient au sommet de l’entrée, dont on aperçoit encore les jambes couchées de l’un d’entre eux, témoignent d’une influence locale tardo-antique, transposée au stuc.

Musée National de Damas