• Home
  • Le décor de mosaïques
  • La redécouverte des mosaïques
  • Un trésor sous l’enduit

En 1893, la grande mosquée fut ravagée par un incendie destructeur. S’ensuivit une période de restauration qui s’étala sur trois décennies. En 1928, la réfection des enduits par Victor Eustache de Lorey, directeur de l’Institut français de Damas, a révélé un décor de mosaïques d'une taille impressionnante jusqu’alors caché. L’enduit qui les recouvrait avait probablement été posé sous les Ottomans (1517-1922), peut-être au XVIIIe siècle.

Avant l’incendie de 1893

La découverte de Victor Eustache de Lorey eut un tel retentissement qu'on le présente souvent comme l’inventeur des mosaïques de la grande mosquée de Damas. Cependant, toutes les mosaïques n’étaient pas cachées sous l’enduit. Des morceaux subsistaient çà et là, notamment un bel ensemble dans la salle de prière, au-dessus de la porte d’entrée. Des récits, dessins ou photographies de voyageurs orientaux ou européens les mentionnent à diverses époques. On pensait alors que c’était tout ce qu’il restait du décor commandé par les Omeyyades.

« Toutes les murailles, tant celles de l’église [la salle de prière] que des portiques qui entouraient la cour, étaient ornées en dehors, au-dessus des arcades, d’ouvrages en mosaïque, dont il reste encore une grande partie. » – Richard Pococke, première moitié du XVIIIe siècle.

Une lente redécouverte

Max Van Berchem  réalisa en 1894 une première étude des fragments visibles. Il fut suivi par Archibald Campbell Dickie qui émit le premier l’hypothèse de la présence d’autres mosaïques sous l’enduit, en 1896. Marguerite Van Berchem, la première historienne de l’art à s’intéresser aux mosaïques omeyyades, étudia en détail les vestiges de la Grande Mosquée des Omeyyades. En mars 1927, elle confirma la théorie de Dickie. C'est dans la continuité de ses travaux que, préoccupé par l’état du bâtiment, Victor Eustache de Lorey lança des travaux de restauration. Ainsi, si Victor Eustache de Lorey a commandé et supervisé le retrait des enduits, l’étude préalable de Marguerite Van Berchem a joué un grand rôle dans cette importante découverte.