Alors que Jacques de Morgan a été en  partie oublié après son décès, des recherches récentes mettent en lumière son importance de premier plan dans l’archéologie de la fin du XIXe siècle.

Des responsabilités administratives majeures

En Égypte, Jacques de Morgan a été directeur du Service des antiquités égyptiennes. À ce titre, il a contribué à la sauvegarde du patrimoine égyptien, alors victime de nombreux pillages. Par ailleurs, c’est lui qui a lancé le projet de construction du musée égyptien du Caire, qui, encore aujourd’hui conserve des milliers d’objets et draine d’importants flux de visiteurs.

Morgan est également le fondateur de la Délégation archéologique française en Iran, l'un des moteurs de l’archéologie en Iran. En 1983, il a fusionné avec l’Institut français d’iranologie de Téhéran pour devenir l’actuel Institut français de recherche en Iran.

Un scientifique de premier plan

Formé à la géologie à l’école des Mines, passionné d’archéologie et animé par une grande curiosité intellectuelle, Jacques de Morgan a laissé derrière lui une production scientifique multidisciplinaire. Conscient aussi de ses limites, il n’hésite pas à s’entourer de différents spécialistes pour garantir la qualité de ses publications.

C’est aussi un grand pionnier de la Préhistoire orientale : ses fouilles dans le Caucase, en Égypte et en Iran avaient pour but d’identifier, de caractériser et de comparer les vestiges attestant de civilisations sans écriture.

Un important donateur du Musée d’archéologie nationale

Les bonnes relations professionnelles que Morgan entretenait avec le Musée d’archéologie nationale lui a permis d’y verser une partie de ses collections, certain qu’elles y seraient conservées, étudiées et exposées. Les différentes donations notamment à l’issue de sa mission dans le Caucase et en 1910 ont permis l’aménagement de la salle d’archéologie comparée. Aujourd’hui encore, cette salle ouverte au public permet d’observer les objets de sa collection