« Enfin, un jour, la poussière du déblaiement d’Ombos nous apparut. […] C’était tout un monde qui sortait de terre »

Une publication monumentale 

En 1892 et 1893, Jacques de Morgan explore des sites archéologiques le long du Nil, en vue de publier un Catalogue des monuments et inscriptions de lÉgypte antique. Il conçoit cet ouvrage avec pour référence la Description d’Égypte de Napoléon Bonaparte. Il estime qu’une trentaine d’années de travail serait nécessaire à publier plus de cent volumes. Il ne fera que commencer ce vaste projet, en menant des opérations de terrain à Kom Ombos. Trois volumes comprenant plus de mille planches avec des plans et des relevés d’inscriptions sont publiés très rapidement.

Collaborations scientifiques

Jacques de Morgan fédère autour de lui une équipe chargée de mener à bien ce projet. Ainsi, trois égyptologues majeurs contribuent à l’ouvrage. Il s’agit d’Urbain Bouriant, collaborateur de Maspero et directeur de l’Institut français d’archéologie orientale, Georges Legrain, inspecteur en chef des antiquités à Louxor et Gustave Jéquier, qui a par la suite épaulé Morgan dans de nombreux projets de terrain, à Karnak et à Suse en particulier.

Pérennité de l’œuvre

Les recherches récentes ont permis d’affiner la précision des données de terrain fournies par Morgan. Aussi cette publication est-elle encore utilisée aujourd’hui par les chercheurs. On peut saluer l’intention, la quantité de travail, et le soin apportés à ce projet. La force de cette œuvre, aujourd’hui, est de nous éclairer non seulement sur l’Égypte, mais aussi sur l’univers scientifique de Jacques de Morgan.