Il y a 27 000 ans

La grotte Cosquer

La grotte Cosquer est une grotte sous-marine unique au monde située dans les Calanques, près de Marseille, au cap Morgiou. Avec les animaux terrestres habituels de l’art pariétal, on a également trouvé, dessinés ou gravés dans la roche, des pingouins, phoques, poissons et divers signes pouvant évoquer des méduses ou des poulpes.


Vue générale du puits avec draperie des mains noires et mains noires sur la paroi. © MCC DRAC/SRA PACA - Michel Olive.
Vue générale du puits avec draperie des mains noires et mains noires sur la paroi. © MCC DRAC/SRA PACA - Michel Olive.

La grotte Cosquer est située dans les Calanques, près de Marseille, au cap Morgiou. Elle est accessible par un tunnel long de 175 mètres dont l'entrée est à 37 mètres de fond. Unique au monde, cette grotte sous-marine abrite plusieurs dizaines d'oeuvres peintes et gravées il y a environ 27 000 et 19 000 ans.

Les représentations d'animaux terrestres

Ornée de divers animaux terrestres, elle compte également des phoques et des pingouins, 55 mains négatives et d'innombrables tracés digitaux, des dizaines de signes géométriques ainsi qu'une gravure exceptionnelle représentant un "homme tué". La grotte Cosquer offre une palette d'animaux terrestres d'une grande richesse. L'identification de chaque représentation a demandé un travail minutieux, une lecture délicate du message paléolithique effacé par le temps, détruit par la nature et parfois déformé dès sa réalisation. Sur les parois humides se côtoient chevaux, bisons et aurochs, bouquetins et chamois, divers cervidés, un félin et des animaux indéterminés. En tout, 142 animaux.

Les représentations d'animaux marins

Avec 48 gravures ou peintures, le cheval est l'animal le plus représenté dans la grotte. Dans les grottes ornées paléolithiques, les animaux marins sont très rarement représentés. Dans la grotte Cosquer, ils constituent une part non négligeable (11 %) de l'effectif total des figures. Pingouins, phoques, poissons et divers signes pouvant évoquer des méduses ou des poulpes ont été dessinés ou gravés dans la roche. C'est la première fois que des pingouins sont figurés dans l'art quaternaire, bien que des ossements de Grands Pingouins Alca Impennis aient été signalés dans plusieurs habitats méditerranéens du Paléolithique supérieur (Gibraltar, Italie du Sud, Golfe de  Gènes). Il s'agit probablement du "grand pingouin", encore très répandu dans l'Atlantique nord au XIXe siècle, mais massacré par les marins et les pêcheurs pour sa chair comestible.

Les mains 

Témoignage émouvant de la vie des hommes du Paléolithique, plus d'une cinquante-cinquaine de mains ont été découvertes dans la grotte. Elles ont été dessinées aussi bien en négatif (pochoir) qu'en positif (enduites de colorant et appliquées sur la roche). Elles sont toutes situées dans la partie droite (est) de la grotte, semblant ainsi jalonner un cheminement qui mène au grand puits, aujourd'hui noyé, mais qui jadis constituait un gouffre obscur, profond de 24 mètres, qui a dû effrayer les premiers visiteurs de la grotte, il y a 27.000 ans.

Afin de préserver ce site exceptionnel, mais également pour des raisons de sécurité, son accès est fermé au public.

 

Photographie
Photographie
Photographie
Photographie
Photographie
Photographie
Photographie
Photographie
Photographie
Photographie
Photographie
Photographie

Un lieu dédié à la grotte Cosquer ouvrira à Marseille en 2022, à proximité du MUCEM 

Les visiteurs découvriront une restitution fidèle de la grotte Cosquer, à bord de modules d’exploration (petits véhicules autonomes), au sein d’un centre d’interprétation de la grotte, son art pariétal et son contexte archéologique et environnemental unique, notamment avec la thématique de la montée des eaux. Dans le grand auditorium, un film retracera toute l’histoire de la découverte.

Vidéo
Le projet de réplique de la grotte Cosquer
© Kléber Rossillon-Clap35 - 2019

Liens utiles