Une ville au riche patrimoine architectural timouride

Hérat

Au Nord-Ouest de l’Afghanistan, capitale de la province du même nom, Hérat se trouve à un très important carrefour de routes caravanières. Cité principale de la satrapie achéménide d’Arie, Alexandre le grand y fonda au IVe siècle av. J.-C. une nouvelle ville : Alexandrie d’Arie.


Une histoire mal connue

On connaît mal l’histoire de la ville avant l’arrivée de l’Islam, il est vraisemblable que la ville s’organise à partir d’une cité ronde qui pourrait être une fondation achéménide (VII-IVe siècle av. J.C.) dont les traces sont toujours discernables dans la topographie urbaine actuelle.

La mise en place de la ville carrée qui correspond à la ville ancienne actuelle est plus difficile à dater mais est probablement postérieure au IVe siècle av. J.-C. À la période islamique la ville se développe considérablement et les dynasties tahirides, samanides et ghorides participent à son embellissement comme en témoigne les vestiges de cette dernière période visibles dans la grande mosquée.

La destruction par Gengis Khan

Conquise par Gengis Khan en 1220, la population de la ville fut impitoyablement punie pour s’être rebellée en 1221/2. Selon les chroniqueurs musulmans la totalité des habitants furent alors massacrés. La ville, pourtant, ne tarda pas à retrouver sa prospérité et devint sous Tamerlan (1336-1405) et ses successeurs une capitale prospère et un centre artistique et culturel dont le rayonnement s’étendit dans tout le monde islamique et au-delà vers la Chine, l’Inde et même l’Europe.

Les monuments de Herat

C’est à la période timouride que nous devons le grand complexe architectural du Musalla, qui est constitué par la madrassa du Sultan Hussain Baiqara, dont il ne reste aujourd’hui que les minarets mais dont les fouilles menées actuellement devrait permettre de mieux saisir l’organisation. À côté du Musalla le tombeau de Gauhar Shad est un modèle de l’architecture funéraire timouride.

Les nombreux sanctuaires ou bâtiments publics disséminés dans la ville et ses alentours avec, en particulier, l’ensemble constitué par le tombeau d’Ansari et les constructions qui l’entourent dans le quartier de Gazargah justifient pleinement le nom de Florence timouride qui est parfois donné à Hérat. Hérat timouride est également célèbre pour être le centre d’une école de miniaturistes réputés dont le plus célèbre est Behzad (1450-1535).

La ville de Hérat constitue un ensemble architectural et urbanistique remarquable. Le tissu urbain de la vieille ville est cependant menacé par une urbanisation incontrôlée conséquence directe de la situation politique complexe dans laquelle se trouve l’Afghanistan.

Hérat
Image
Hérat
© Délégation archéologique française en Afghanistan
Hérat
Image
Hérat
© Délégation archéologique française en Afghanistan
Hérat
Image
Hérat
© Délégation archéologique française en Afghanistan
Hérat
Image
Hérat
© Délégation archéologique française en Afghanistan
Hérat
Image
Hérat
© Délégation archéologique française en Afghanistan
Hérat
Image
Hérat
© Délégation archéologique française en Afghanistan
Hérat
Image
Hérat
© Délégation archéologique française en Afghanistan
Hérat
Image
Hérat
© Délégation archéologique française en Afghanistan
Hérat
Image
Hérat
© Délégation archéologique française en Afghanistan
Hérat
Image
Hérat
© Délégation archéologique française en Afghanistan