Sur ce panneau du « salon noir », une salle très décorée, il y a quatre bisons, dont un, réduit à sa tête, sort d’un creux naturel. Lui faisant face, un autre d’un mètre d’envergure porte deux signes en flèche, un troisième bison en contient un tandis que des traits marquent l’un des deux bouquetins. Faut-il relier ces symboles à la chasse alors que des signes très différents voisinent ailleurs avec les animaux et que les bisons ne sont pas le gibier principal ? Ici leur réalisme est typique de l’art magdalénien, ce panneau étant directement daté par le radiocarbone de la même époque qu’Étiolles.

Photo © Centre National de Préhistoire – MCC / N. Aujoulat
Paroi de la grotte de Niaux (Ardèche)