• Accueil
  • Les Magdaléniens dans leurs campements
  • Une famille, plusieurs séjours
  • D71-1, une habitation très particulière

Hormis leur manière originale de débiter les lames, D71-2 et -3 possèdent toutes les caractéristiques des habitations magdaléniennes habituelles, où se déroulent des activités variées. Il n’en va pas de même pour l’habitation la plus récente, D71-1, qui pourrait jouir d’un statut particulier au sein d’un campement plus vaste.

Surtout des grandes lames

L’habitation D71-1 semble avoir abrité surtout des tailleurs de silex expérimentés qui ont produit des grandes lames alors qu’en D71-2 et -3, comme dans les autres occupations d’Étiolles, les débitages aux objectifs variés impliquent différents niveaux de savoir-faire (depuis des enfants malhabiles jusqu’aux adultes les plus compétents).

D71-1 se démarque également par la rareté des outils en silex tels que les burins, servant au travail du bois de renne, ou les perçoirs utilisés pour perforer les coquillages employés pour la parure.

Très peu de chasse

Les lamelles qui agrémentaient les pointes de sagaie, ailleurs abandonnées autour des foyers domestiques, sont pratiquement absentes en D71-1. En parallèle, les vestiges osseux, pourtant bien conservés dans le locus 2, sont très rares. Ce n’était donc pas un lieu où les chasseurs fabriquaient et réparaient leurs sagaies, ni un espace où les rennes rapportés de la chasse étaient découpés, contrairement à ce que l’on constate en D71-2 et -3. On peut donc supposer que l’habitation D71-1 était occupée par une fraction plus petite du groupe que lors des séjours précédents. Peut-être ne prenait-elle pas part à la chasse, et était-elle alors nourrie par les occupants d’habitations voisines non encore découvertes. 

Un foyer soigneusement reconstruit

Au cours de cet ultime séjour en D71-1, le groupe (peut-être incomplet à ce moment-là) a disposé autour du foyer, réaménagé auparavant à plusieurs reprises, de grandes dalles calcaires toutes neuves.

Des gestes rituels

Parmi ces dalles se trouvait le galet gravé, orné notamment d’un cheval mort. Après l’abandon de D71-1, un ultime geste a été effectué, l’épisode « D71-0 » : des personnes sont revenues déposer au-dessus du foyer une encolure de cheval, alors que tous les restes osseux découverts dans les trois habitations précédentes appartiennent au renne…