La grotte Cosquer : les animaux terrestres

La grotte Cosquer offre une palette d'animaux terrestres d'une grande richesse. L'identification de chaque représentation a demandé un travail minutieux, une lecture délicate du message paléolithique effacé par le temps, détruit par la nature et parfois déformé dès sa réalisation.

Sur les parois humides se côtoient chevaux, bisons et aurochs, bouquetins et chamois, divers cervidés, un félin et des animaux indéterminés. En tout, 142 animaux.

La grotte Cosquer : les animaux marins

Dans les grottes ornées paléolithiques, les animaux marins sont très rarement représentés. Dans la grotte Cosquer, ils constituent une part non négligeable (11 %) de l'effectif total des figures. Pingouins, phoques, poissons et divers signes pouvant évoquer des méduses ou des poulpes ont été dessinés ou gravés dans la roche.

C'est la première fois que des pingouins sont figurés dans l'art quaternaire, bien que des ossements de Grands Pingouins Alca Impennis aient été signalés dans plusieurs habitats méditerranéens du Paléolithique supérieur (Gibraltar, Italie du Sud, Golfe de Gènes).

Il s'agit probablement du "grand pingouin", encore très répandu dans l'Atlantique nord au XIXe siècle, mais massacré par les marins et les pêcheurs pour sa chair comestible.