• الرئيسية
  • مدينة بصرى
  • مخطط وتطور المدينة
  • ماوراء السور
  • المقبرة العامة (النيكروبول)

Emplacements des nécropoles

Il y a encore une dizaine d’années, on pouvait reconnaître en plusieurs endroits autour de Bosra les emplacements des nécropoles (littéralement "villes des morts") où étaient inhumés les défunts dans l’Antiquité. Ces nécropoles cernaient la ville, en effet un puissant interdit empêchait absolument l’ensevelissement à l’intérieur du périmètre de la cité. Elles se développaient dans plusieurs directions en se prolongeant le long des principaux axes routiers qui desservaient Bosra. Dans certaines étaient encore conservés quelques vestiges funéraires in situ, presque tous d’époque romaine, datés entre le IIe et le IVe siècle apr. J.-C.

Plusieurs nécropoles ont été identifiées, une première à l’extérieur des remparts au-delà de la porte Ouest de la ville, puis celle de la nécropole de Tell Aswad, une troisième occupait sans doute l’emplacement de l’actuel cimetière situé au nord-est de Bosra près de la mosquée al-Mabrak et la quatrième se situait dans le secteur nord-nord-ouest de la ville à proximité du camp romain. Une autre a été partiellement détruite lors de la construction du cirque. Enfin, la découverte fortuite en 2015, d'un tombeau à loculii recouvert par la palestre nord des thermes du Centre repose le problème des limites de la ville au IIe siècle.

Une nécropole monumentale?

Au-delà de la porte Ouest, se dressait, à environ trois cents mètres de la porte au nord de la voie, un tombeau en forme de tour circulaire couronné d’une corniche que des voyageurs successifs ont pu dessiner, puis photographier jusqu’au début du XXe siècle, mais qui a totalement disparu depuis. La découverte, à quelque distance au nord de ce secteur, de sépultures dans des fosses ou dans des chambres appareillées de faible hauteur, dissimulées sous des tumulii de pierres, constitue un des rares témoignages de sépultures antérieures à l’époque romaine. Ces tumulii se rattachent en effet à une tradition indigène locale ancienne remontant à l’âge du Bronze, dont des exemples sont connus ailleurs dans la région (Sî‘ par exemple). Le matériel céramique retrouvé dans ces sépultures prouve leur usage jusqu’à l’époque byzantine.

"Tell Aswad"

La nécropole de Tell Aswad ("la colline noire") au sud-ouest de la citadelle, permet encore de voir les vestiges de deux tombeaux monumentaux. C’est en effet à cet endroit que fut découvert un hypogée, aujourd’hui invisible, creusé sous la surface du sol, auquel on accédait par une trappe, et dans lequel deux grands emplacements funéraires, des loculi, avaient été ménagés sur un des côtés, permettant ainsi d’inhumer plusieurs personnes. On peut encore voir en revanche, sur le même site, les restes de deux tombeaux monumentaux, l’un en forme de mausolée carré, et un autre de forme circulaire avec des murs formant quatre exèdres. Il y a quelques années, de nombreux sarcophages gisaient tout autour, dont certains portaient des épitaphes et provenaient de tombeaux détruits.