Babylone est connue au moins depuis le troisième millénaire av. J.-C.

La première mention de Babylone

La première inscription mentionnant la ville, le texte votif YOS 9, 2 conservé à l’université américaine de Yale, est datée de 2500 av. J.-C. : 

« [Le début est cassé] gouverneur de BAR.KI.BAR, fils d’Ahu-ilum, homme d’Ilum-beli, homme d’Ur-kubi, bâtisseur du temple de Marduk, a mis en place [cassure] ». 

La localité appelée BAR.KI.BAR pourrait être lue Babbal ou Babbar et serait le nom originel de Babylone. Plus tard, sous la dynastie d’Ur III au XXIe siècle av. J.-C., Babylone apparaît dans un document économique comme centre administratif secondaire, placé sous la responsabilité d’un gouverneur ensi

La topographie de Babylone au IIIe millénaire

D’après la documentation textuelle du troisième millénaire, Babylone accueille déjà des sanctuaires dédiés à différentes divinités. Par exemple, sous le règne de Shar-kali-sharri (2217-2193), fils de Naram-Sin, on commémore la construction d’un temple en l’honneur des divinités akkadiennes Annunitum et Il-Aba, respectivement déesse de l’enfantement et dieu guerrier : 

« Année pendant laquelle Shar-kali-sharri posa les fondations du temple d’Annunitum et du temple d’Il-Aba à Babylone (KÁ.DINGIRki) ». 

Babylone semble donc être une ville très ancienne, peuplée dès les dynasties archaïques, ainsi que le siège d’une principauté. Il n’est guère possible de connaître plus en détail la Babylone du troisième millénaire, étant donné que les niveaux anciens de la ville (des troisième et deuxième millénaires av. J.-C.) sont inaccessibles, notamment à cause du niveau trop élevé de la nappe phréatique du fleuve Euphrate.