Moyencourt-lès-Poix (Somme), archéologie aérienne.

Moyencourt-lès-Poix (Somme). L'hiver, les ombres portées, grâce à un soleil bas à l'horizon, font nettement apparaître le plan de constructions que l'on pourrait croire anciennes. Il s'agit en fait de baraquements de la dernière guerre !

Les périodes favorables à la prospection

Contrairement à ce que certains affirment, il n'y a aucun moyen de prévoir exactement le ou les jours les plus propices à l'apparition des " fantômes du passé ". Tout au plus, peut-on dire qu'il existe des périodes plus ou moins favorables à l'apparition de tel ou tel type d'indices révélateurs de vestiges archéologiques enfouis.

De janvier à avril, lorsque les terres sont dénudées par les labourages, on peut espérer voir apparaître des anomalies pédographiques, soit quand les terres sont bien détrempées par les pluies, soit pour discerner des anomalies hygrographiques, grâce à l'humidité rémanente, particulièrement quand les sols commencent à sécher. Il faut aussi profiter des sols enneigés et évidemment contacter les services de la météo qui peut vous dire, si le lendemain matin, il y a des chances de givre ou de rosée. Les prévisions à très court terme de la météo locale sont essentielles pour l'archéologue aérien.

Enclos circulaires de l'Âge du Bronze, Cocquerel (Somme), archéologie aérienne.
Enclos circulaires de l'Âge du Bronze, Cocquerel (Somme), archéologie aérienne.

À Cocquerel (Somme), au lieu dit "Les Groseillers". Début juillet, des enclos circulaires de l'Âge du Bronze, repérés depuis longtemps dans les cultures.

En mars, même site sur sol nu qui commence à sécher. Aujourd'hui, ces cercles sont bien plus visibles et beaucoup d'autres détails apparaissent.

De fin avril à la fin juillet, des anomalies phytographiques se manifestent lors de la maturation ou de la croissance des cultures, surtout en période de sécheresse, et en particulier lorsque celle-ci se produit au moment où les plantes prennent un vigoureux départ et ont le plus besoin d'eau.

Du début d'août à la fin de l'année, il y a assez peu d'espoir d'observer ces divers indices révélateurs. Toutefois, en octobre, les feuillages prennent de belles couleurs. C'est le moment de photographier les paysages et donc les indices topographiques. Évidemment, l'hiver, les ombres portées dans les pâturages et les zones boisées, avec un soleil bas à l'horizon, permettent facilement de repérer des micro-reliefs (indices sciographiques)… avec la prudence qui s'impose.