Le golfe de Fos abrite les vestiges du port romain installé au débouché du canal de Marius, creusé en 102 av. J.-C. pour contourner la périlleuse embouchure du Rhône. Principale porte d’accès entre le monde méditerranéen et le nord de l’empire, cet avant-port d’Arles disparait à la fin de l’antiquité.

Des premières plongées…

Submergé par plusieurs mètres d’eau mais déjà connu au XVIIe siècle grâce aux sources grecques et latines, le site a été, dès les débuts de la plongée en 1950, abondamment pillé et des milliers d’objets ont été remontés du riche dépotoir portuaire. En revanche, en raison de conditions de recherche difficiles (très mauvaise visibilité, complexité du travail à l’interface terre-mer), les opérations scientifiques sont demeurées ponctuelles et malgré l’identification, dès 1964, de vestiges de constructions submergées, ce site d’importance a longtemps été sous-exploité par les archéologues.

…au programme de recherche Fossae Marianae

De nouvelles techniques de prospection géophysiques, comme la cartographie acoustique, mises en œuvre sur le site depuis 2013 dans le cadre du programme de recherche pluridisciplinaire Fossae Marianae, ont révélé la présence, par 3 à 4 mètres de fond, d’un important complexe monumental étendu sur près de 8 hectares. Depuis, des opérations de fouille et de sondage sont menées chaque année sur les différents secteurs du site (Pilae, possible nécropole, entrepôts, dépotoir portuaire etc.). Outre la reprise de l’ensemble du « dossier archéologique » du port de Fos, les recherches portent également sur le tracé du fameux canal de Marius, les Fosses Mariennes, qui traversaient sans doute l’actuel marais du Vigueirat pour relier Fos à Arles.