Carte de l'emplacement approximatif de l'épave Pointe de la Luque 2

Localisation approximative de l'épave Pointe de la Luque 2 à Marseille.

Description

Les vestiges de l’épave Pointe de la Luque 2, ou B, sont dispersés entre 30 et 40 mètres de fond au nord-ouest de l’île de Pomègues (Frioul, Marseille). Outre des lampes à huile, dont un grand nombre estampillées, et des amphores africaines cylindriques, dont certaines portent sur le fond la signature de potiers de Maurétanie Césarienne, l’actuelle Algérie, on y a retrouvé une coque bien conservée du milieu du IVe siècle apr. J.-C. Découverte et déclarée en 1970, l’épave est fouillée de 1971 à 1974 avec l’aide du Drassm et de la Marine nationale. À l’est, au sein d’une première zone moins profonde, se trouve une partie de la coque recouverte par quelques fragments d’amphores et de lampes. En contrebas, vers le nord-ouest, reposait un riche chargement. L’importante section de coque préservée a fourni l’occasion d’expérimenter l’un des premiers systèmes de photogrammétrie sous-marine intégrée. En 1992, le site est rouvert par le Centre Camille Jullian et l’Institut Méditerranéen d’écologie et de Paléoécologie du CNRS pour prélever et analyser des bois.

Photographie d'un plongeur effectuant un relevé de la coque de l'épave sous l'eau
Photographie de huit amphores africaines
Photographie d'une lampe à huile africaine

Vue sous-marine des plongeurs effectuant le relevé de la coque.

© Jean-Claude Négrel/DRASSM

Sélection d’amphores africaines mises au jour en 1974.

© Jean-Claude Négrel/DRASSM

Beau spécimen de lampe à huile africaine.

© Patrick Glotain / Drassm

Responsables d’opération

  • Jean-Claude Négrel (1971-1974)
  • Patrice Pomey/CNRS (1992)

Bibliographie

  • DOVIS-VICENTE Catherine — Étude du commerce maritime au IVe siècle : cas de l’épave de la Luque B. Villeneuve-d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 2001.
  • Pointe de la Luque 2 - épave de navire