Localisation approximative des épaves corsaires de la Natière à Saint-Malo.

Description

Déclaré en 1995, expertisé en 1996, le gisement localisé à Saint-Malo près des roches de la Natière, par 8 à 18 mètres de fond, se singularise immédiatement comme un site exceptionnel couvrant plus de 1000 m². La fouille qui commence en 1999 et durera jusqu’en 2008 confirme en 2000 la présence d’au moins deux épaves sur le site. Elles sont désignées Natière 1 et Natière 2.

Soutenu par le ministère de la Culture et les collectivités locales, le projet connaît un retentissement croissant. Des centaines de fouilleurs internationaux s’y croisent et y développent des savoir-faire inédits. Archéologues, médecins radiologues, vétérinaires, botanistes, plongeurs démineurs ou photographes y contribuent au plus important chantier de fouille sous-marin du début des années 2000. Associant ces compétences bienvenues, l’équipe de fouille étudie sans relâche un site balayé par de violents courants de marée. Plusieurs milliers d’objets significatifs y sont découverts : pièces du gréement et de la cuisine, vaisselle et outils, objets personnels, canons, sabres et pistolets, barriques et lingots de fer, instrument de navigation, etc… Cet extraordinaire ensemble mobilier témoigne de deux grandes frégates corsaires respectivement construites au Havre et à Granville : la Dauphine perdue en 1704 et L’Aimable Grenot coulé en 1749.

Photographie d'un plongeur s'apprêtant à plonger
Photographie sous-marine du dégagement d'une poulie violon
Photographie d'archéologues étudiant une poulie violon

Mise à l’eau à partir de l’Hermine Bretagne.

© Teddy Seguin/DRASSM/Adramar

Dégagement d’une poulie violon sur l’épave de la Dauphine.

© Teddy Seguin/DRASSM/Adramar

La poulie un peu plus tard, aux bons soins des archéologues.

© Teddy Seguin/DRASSM/Adramar

Responsables d’opération

  • Michel L’Hour/Drassm (1996 ; 1999-2008)
  • Elisabeth Veyrat/Adramar (1999-2008)

En savoir plus