• Accueil
  • Une grande aventure scientifique
  • Du fond des mers aux vitrines des musées
  • Des épaves au laboratoire

Soins palliatifs, actes chirurgicaux, imprégnations, traitements par irradiation, électrolyse… Les objets découverts sur les épaves sont de grands traumatisés au chevet desquels les archéologues apprennent chaque jour un peu plus de notre passé.

La dendrochronologie ou comment lire dans les lignes du bois

De dendron, arbre, chronos, le temps et logos, la science, la dendrochronologie est la discipline qui étudie les cernes annuels de la croissance des arbres. Appliquée à l’archéologie sous-marine, elle éclaire le passé. Quantitativement, elle permet de dater les épaves et de déterminer la provenance des arbres ; qualitativement, une étude plus fine des bois archéologiques permet d’identifier des événements climatiques, des paysages forestiers et d’en savoir plus sur l’évolution des pratiques de construction navale. L’étude du navire corsaire de Granville Aimable Grenot (1749) a par exemple révélé des pratiques d’émondage spécifiques.

Photographie d'un chercheur devant son microscope
Photographie d'un chercheur étudiant le bois sur son microscope

Catherine Lavier devant son microscope.

L’archéodendromètre est un spécialiste du bois qui accompagne aussi bien les archéologues sur les fouilles que les conservateurs ou les restaurateurs en musée dans les expertises d’objets et d’œuvres d’art. Il étudie ensuite les données récoltées en laboratoire. Missions nationales et internationales, rencontres et échanges rythment sa vie au service de ce noble matériau historique pour une meilleure connaissance des gestes et du travail des artisans du bois.

 

© Corinne Prevost/DRASSM

Catherine Lavier étudiant les cernes d'un prélèvement d'une épave.

© Corinne Prevost/DRASSM

Vue rapprochée du bois étudié.

© Corinne Prevost/DRASSM

Quand la technologie médicale fait avancer l’archéologie

La radiographie médicale permet de déterminer les contours d’un objet emprisonné dans une gangue. Le recours au scanner médical apporte des informations de nature à restituer les volumes de l’objet, grâce à l’utilisation d’un logiciel de restitution en 3D. Il est déterminant de pouvoir reconnaître une forme et de préciser la densité d’une pièce pour orienter son analyse et choisir la bonne méthode de conservation-restauration.