À l’époque d’Obeid (Niveau 10), un atelier de potier comptant plusieurs unités de productions a été dégagé sur plus de 60 m². Il s’agit d’une véritable usine à céramique du Ve millénaire.

Un dispositif exceptionnel

 Contrairement au début de l'Obeid, la production céramique n'est plus fragmentée et dispersée dans l’habitat. Au sein de cet édifice, chaque unité de production était associée à toutes les structures nécessaires à la fabrication des céramiques, de la préparation des argiles à la cuisson. Ces unités étaient pourvues d’espaces de façonnage et séchage, de coffres à outils, de réserve de combustible, de bassins pour la décantation de l’argile et de deux fours. De nombreux outils de potiers (comme des polissoirs) ont été retrouvés à côté de fosses qui servaient pour le rejet des cendres. L’atelier, fouillé partiellement, était beaucoup plus vaste et devait compter d’autres unités.

Le point de vue des producteurs

Malgré une production de céramique identique, les pâtes et les modes de façonnage montrent des traditions techniques différentes d’une unité à l’autre. L’analyse technologique de la céramique a permis de distinguer cinq groupes majeurs, incluant un total de 28 variétés. L’atelier était organisé par unités de production fonctionnant indépendamment les unes des autres, avec des spécialistes sans doute encore à temps partiel, mais qui satisfaisaient des commandes dépassant largement l’échelle domestique ou même villageoise.