Militaire de carrière comme beaucoup de membres de la Commission de Topographie des Gaules, Pierre-Charles Robert rejoint la CTG en octobre 1873 et participe activement au projet épigraphique de la Commission.

Un intendant militaire numismate et épigraphiste

Ancien élève de l'École polytechnique, Pierre-Charles Robert sert presque toute sa carrière dans l'intendance militaire, comme sous-intendant de la Garde impériale à Paris, puis à Metz. Il est nommé, en 1862, directeur général de l’administration au ministère de la Guerre et enfin promu intendant général en 1867 avant sa retraite en 1875. Parallèlement, il mène divers travaux en numismatique et publie à plusieurs reprises dans la Revue numismatique française. Membre de plusieurs sociétés savantes notamment en région et à l'étranger, il est nommé correspondant en décembre 1862 puis membre en 1871 de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, en remplacement de Prosper Mérimée.

Un membre actif du projet épigraphique de la Commission

Il entre à la Commission de Topographie des Gaules en 1873. Auteur d’une série de carnets conservée au musée d’Archéologie nationale, il apporte son concours au général Creuly dans le cadre du projet épigraphique. Il continue, en parallèle, à mener des recherches qu'il présente devant l'Académie, notamment sur Mercure et Rosmerta ou sur les inscriptions de la région de Bordeaux. Il participe également au projet de Recueil des inscriptions de Gaule mené par Léon Renier. Il est enfin l’auteur d’une importante étude sur les inscriptions de Moselle parue à partir de 1873. Ses papiers et sa bibliothèque sont légués au musée d'Archéologie nationale par sa veuve en 1894.