• Accueil
  • La Commission de Topographie des Gaules
  • Le musée gallo-romain
  • Un défi pour la muséographie

Tout objet présenté doit documenter une époque, un site, une civilisation. Ils sont donc classés en séries, par fouilles, par provenances, et par grandes périodes chronologiques. Le propos est avant tout didactique et veut s’adresser à tous les publics.

Offrir au public un état de la science complet et accessible

Aux objets de toute espèce, on associe moulages, maquettes, cartes, dessins et cartels pour une meilleure compréhension.

C’est ainsi que dans la salle I du 1er étage, consacrée aux « Époques anté-historiques » se côtoient le moulage du crâne de l’homme de Néandertal, les bois du Mégacéros, des échantillons de mousse et ossements d’animaux, la carte des cavernes dressée par Alexandre Bertrand et les silex de la collection Boucher de Perthes.

La salle de la conquête romaine, qui doit beaucoup aux travaux de la Commission de Topographie des Gaules, est peuplée d'armes et de maquettes illustrant la guerre des Gaules. Une réduction d’un onagre attelé et les reconstitutions des catapultes et balistes de Verchère de Reffye, montrées au rez-de-chaussée, complètent le discours.

Un mobilier conçu par Eugène Millet

Il s’agit de présenter des salles d’exposition sur quatre niveaux. Les collections exigent un mobilier adapté aux nombreuses maquettes, aux objets de série et au volume des salles. La visite doit être la plus confortable possible : vitrines-tables et sièges répartis le long des espaces sont la règle. La conception en est confiée à Eugène Millet, architecte chargé de la restauration du château, qui réalise pour l’occasion un mobilier homogène et soigné.