Alésia

Place forte défendue par Vercingétorix et la coalition gauloise, Alésia est le théâtre d’une action militaire décisive remportée par Jules César, lors de la Guerre des Gaules en 52 avant notre ère.

Au XIXe siècle, l’emplacement du lieu fait débat. Les fouilles menées par la Commission de Topographie des Gaules, entre 1861 et 1862, permettent d’identifier le site à Alise-Sainte-Reine, en Côte-d’Or.

Anthropologie

Étude générale de l'homme sous le rapport de sa nature individuelle ou de son existence collective, sa relation physique ou spirituelle au monde, ses variations dans l'espace et dans le temps.

Anthropologie physique

Au XIXe siècle, l'anthropologie physique s'attache à l'étude de la physiologie et de la morphologie des différents groupes humains. En France, ce courant de l’ethnologie est incarné, entre autres, par Ernest Hamy. Ce dernier est membre de la Commission de Topographie des Gaules à partir de 1877. En 1878, il devient le premier conservateur du musée d'ethnographie du Trocadéro à Paris.

Archéologie nationale

L’archéologie nationale est un champ d’étude et de recherche en archéologie qui se développe tout particulièrement au XIXe siècle, afin de connaître les cultures successives du territoire. L’action de la Commission de Topographie des Gaules y contribue entre 1858 et 1879, en subventionnant ou en participant elle-même à des fouilles. Aujourd’hui, l’archéologie nationale s’enrichit également des découvertes réalisées dans le cadre de fouilles préventives.

Bibracte

Bibracte est un oppidum situé dans le Morvan. C'est la capitale du peuple celte des Éduens. Jacques Gabriel Bulliot, correspondant de la CTG y dirige des fouilles dans la deuxième moitié du XIXe siècle.

Cenabum

Place forte du peuple des Carnutes, l’oppidum Cenabum est actuellement localisé à Orléans.

Au XIXe siècle, certains savants – dont ceux de la Commission de Topographie des Gaules – placent par erreur l'oppidum à Giens, s'appuyant sur une autre forme orthographique du toponyme, Genabum.

Comité des Travaux historiques et scientifiques

Le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) est une institution française de recherche créée par arrêté du ministre de l'Instruction publique, François Guizot, le 18 juillet 1834. Il a pour but de « diriger les recherches et les publications de documents inédits à l’aide de fonds votés au budget de l’État ». L’une de ses missions est de favoriser le développement des activités des sociétés savantes sur le territoire national.

Pour en savoir plus sur l'historique du comité, le site du CTHS.

Commentaires sur la guerre des Gaules

Commentaires sur la guerre des Gaules est un texte de Jules César dans lequel il retrace les combats menés sur les territoires gaulois, de 58 à 52 avant notre ère. La Commission de Topographie des Gaules en fait sa principale source d’informations lors de ses premiers travaux.

Corpus Inscriptionum Latinarum

Le Corpus Inscriptionum Latinarum (CIL) est une collection générale des inscriptions de l’ensemble de l’Empire romain. Lancé en 1853 par Theodor Mommsen, le projet est porté par l’Académie de Berlin. Il aboutira à la parution en 16 parties (chacune divisée en plusieurs tomes) d’un recueil de l’ensemble des inscriptions connues classées principalement par provinces. Il fait toujours aujourd’hui référence en épigraphie et a été depuis complété par un certain nombre de suppléments.

Dépôt de la Guerre

Créé en 1688 par Louvois, le Dépôt de la Guerre est un bureau qui produit et conserve les cartes militaires, il a donc une fonction topographique et cartographique importante. Ces cartes, qui doivent permettre une très fine connaissance du terrain en cas d’attaque, sont particulièrement précises.

Sous Napoléon III, le Dépôt est très impliqué dans les travaux de la Commission de Topographie des Gaules.  Antoine-Lucien Blondel (colonel d'État major, directeur du Dépôt) et Charles-Raymond de Coynart (chef d'escadron d'État major), y participent activement.

Dictionnaire archéologique de la Gaule - Époque celtique

Le Dictionnaire archéologique de la Gaule est l’oeuvre inachevée de la Commission de la Topographie des Gaules. Son immense apport est de dresser une première carte archéologique du territoire dans un temps de découvertes intenses.

Le premier volume paraît à partir de 1875. Émile Cartailhac reprend le projet en 1894 et, en 1919, ce sont trois nouveaux fascicules qui paraissent de la lettre G à L. À partir de 1821, le Dictionnaire est achevé sous la direction de Salomon Reinach, Camille Jullian et Émile Esperandieu. Le dernier volume sort de presse en 1924.

Épigraphie

L’épigraphie est l’étude des inscriptions réalisées sur des matières non putrescibles telles que la pierre, l’argile ou le métal. Cette science a pour objectif de les dater, de les replacer dans leur contexte culturel, de les traduire et d'en déduire les informations pertinentes. 

Estampage

L’estampage est une technique de reproduction utilisée dans l’étude des inscriptions. Elle consiste en l’application de feuilles de papier humidifiées sur la surface de la pierre en vue d’en reproduire le relief. L’empreinte obtenue est ensuite séchée et peut être conservée. L’estampage est une des techniques nouvelles utilisées par la Commission de Topographie des Gaules pour l’étude des inscriptions.

Gaule belgique

La Gaule belgique est l’une des trois provinces citées par Jules César lors de sa conquête des Gaules.

Gaule lyonnaise

Province créée par Auguste à partir des conquêtes effectuées par Jules César en Gaule.

Gaule narbonnaise

La Gaule narbonnaise est une province romaine fondée en  118 avant notre ère.

Géographie historique

La géographie historique est l'étude de l'Homme dans le temps et dans l'espace. Au XIXe siècle, c'est Auguste Honoré Longnon, archiviste, en lien avec la Commission de Topographie des Gaules, qui définit le champ de cette discipline. Ses travaux portent sur la notion de frontières, tant d'une société que d'un régime, durant une période donnée.

Izernore

Cette commune de l'Ain était l'un des sites considérés comme l'antique Alésia au début des années 1860.

Jules César
100-44 avant notre ère

Jules César est un homme politique et chef militaire dans la Rome antique. Il est connu pour sa conquête de la Gaule non romaine à partir de 58 avant notre ère, en tant que proconsul. Il est, dans les siècles qui suivent, un exemple de stratège et de conquérant.

Sa figure est particulièrement admirée au XIXe siècle par les militaires français. Napoléon III, passionné par Jules César, recherche, au travers de la Commission de Topographie des Gaules, les étapes de la conquête grâce à des enquêtes topographiques et des fouilles archéologiques.

Liste civile

La liste civile est le traitement annuel accordé par la législature au monarque, qu'il soit roi ou empereur, pour ses besoins personnels et ceux de sa maison.

Comme tous les souverains français, depuis louis XVI, Napoleon III touche durant son règne une allocation financière. Il jouit également de plusieurs palais situés à Paris et en province, du gardemeuble de la couronne, des manufactures des Gobelins, de Beauvais et de Sèvres, et des musées du Louvre, du Luxembourg, de Versailles et de Saint-Germain.

Maison de l’Empereur

Le ministère de la Maison de l’Empereur (2 décembre 1852-17 juillet 1869), devenu ministère de la Maison de l’Empereur et des beaux-arts, est chargé de présenter le budget, d’administrer les revenus de la Couronne, de proposer les emplois du ministère (sauf ceux des grands officiers nommés par l’empereur), d’ordonner les dépenses, de réviser et d’approuver les marchés, d'administrer la dotation de la Couronne et le domaine privé de l’empereur et de l’impératrice, d'encourager les arts et de proposer à l’empereur des pensions à prendre sur les fonds de la Liste civile. Le ministère de la Maison de l’Empereur est logé dans le Louvre, à proximité de l’empereur.

Moulage

Le moulage est une forme de reproduction d’objets. Il en existe trois formes : le moulage industriel, le moulage 3D et le « moulage d’art » . Cette dernière forme, très utilisée et perfectionnée par Abel Maître au musée gallo-romain, repose sur l’utilisation de moules à pièces en plâtre. En savoir plus sur l’art du moulage

Musée du Luxembourg

Le musée du Luxembourg, qui n’existe plus aujourd’hui, est le premier musée d'art à proposer une galerie publique dès 1750. À partir de 1818, il accueille les œuvres des artistes contemporains agréés par l'Académie des Beaux-Arts et précédemment exposés au Salon. Le musée du Luxembourg est donc au XIXe siècle le musée académique par excellence.

Musée gallo-romain / Musée d’Archéologie nationale

Le musée d’archéologie créé par Napoléon III le 8 mars 1862 porte officiellement le titre de « musée gallo-romain ». Cependant, les collections qu’il conserve vont rapidement dépasser la seule période gallo-romaine. C’est ainsi qu’il est également intitulé par les érudits du XIXe siècle : « Musée d’Antiquités Gauloises, Gallo-romaines et Mérovingiennes », « Musée celtique », et très souvent « Musée de Saint-Germain ». En 1870, Alexandre Bertrand, son directeur, propose l’appellation « Musée des Antiquités nationales » qui sera retenue peu après.

Depuis 2005, il porte le nom de « musée d’Archéologie nationale », l’acronyme MAN étant très fréquemment utilisé.

Napoléon III
1808-1873

Après le coup d’État du 2 décembre 1851, puis le plébiscite, Napoléon III prend le titre d’Empereur des Français en 1852. Passionné par la figure de Jules César, le neveu de Napoléon Ier entreprend une biographie du général romain. C’est dans ce contexte que Napoléon III crée la Commission de Topographie des Gaules, puis le musée gallo-romain. Ces deux institutions fondent l’archéologie moderne et perpétuent leur action au-delà de la chute du Second Empire (1870).

Numismatique

La numismatique est l’étude des monnaies et médailles anciennes. Elle est utilisée fréquemment pour dater les sites archéologiques et évaluer les différentes périodes d’occupation.
Anatole de Barthélemy et Félicien de Saulcy, membres de la Commission de Topographie des Gaules, ont contribué par leurs travaux à développer une méthode d’analyse et à constituer une collection pour le musée gallo-romain.

Paléontologie

La paléontologie est l'étude de la vie passée au travers des êtres et organismes fossilisés ayant existé au cours des temps géologiques.

Parisii

Peuple gaulois établi dans la région parisienne actuelle, et dont l'oppidum principal est Lutèce. Le contrôle du trafic fluvial sur la Seine est à l'origine de la richesse de ce peuple, attestée par un monnayage abondant et de qualité.

Philologie

La philologie est l’étude linguistique, historique et littéraire d’une langue ancienne. Elle connaît un essor important au XIXe siècle. La pratique philologique accompagne notamment le développement de l’archéologie afin de mieux comprendre les peuples antiques.

Pouillés

Sous l'Ancien Régime, relevé de tous les biens et bénéfices d'une abbaye, d'un diocèse, d'une province, etc. ; registre ou liste de ces biens.

Promenades au musée de Saint-Germain

Les Promenades au musée de Saint-Germain est un guide publié en 1869, deux ans après l’ouverture du musée au public. Rédigé par Gabriel de Mortillet, ce guide présente les collections dans un parcours muséographique en cours d’élaboration.

Protohistoire

Traditionnellement, période durant laquelle les populations ne pratiquent pas l'écriture, mais sont connues par des écrits dus à d'autres populations contemporaines. Aujourd’hui, les spécialistes considèrent que la protohistoire est la période suivant le paléolithique et précédant celle qui voit documents matériels et écrits produits par une même culture. La rupture se situe au néolithique, moment de transformation économique et sociale majeure.

Recueil des Inscriptions de Gaule

L’idée d’un recueil des inscriptions de Gaule naît en France en 1835. Après plusieurs essais avortés et divers changements de ministères, le projet, confiée à Léon Renier en 1849, prend un véritable essor en 1854 lorsqu’est annoncé l’entreprise de l’Académie de Berlin d’un Corpus Inscriptionum Latinarum. L’ensemble du travail est divisé entre Léon Renier pour les inscriptions gallo-romaines païennes, Ferdinand de Guilhermy pour la partie médiévale et Edmond Le Blant (1818-1897) pour les inscriptions chrétiennes. L’objectif est d’aboutir à la publication d’un recueil, en premier lieu des inscriptions de Gaule Narbonnaise puis du reste de la Gaule. En 1866, une convention est signée prévoyant la collaboration de Renier au projet allemand. La détérioration des relations diplomatiques et la guerre de 1870 mettent un terme à cet accord. Malgré une relance du projet dans les années 1870 et devant l’avancement du corpus allemand, le recueil des inscriptions païennes par Renier ne sera jamais publié. Les recueils des inscriptions chrétiennes et médiévales seront, eux, publiés.

Revue archéologique

Fondée par Jules Gailhabaud, la Revue archéologique paraît à partir de 1844. Elle accompagne le regain d’intérêt pour les vestiges du passé et des découvertes archéologiques de plus en plus nombreuses.Tout d’abord orientée vers l’Antiquité classique, elle élargie progressivement ses études vers d’autres régions.

Ainsi, en 1861, la Revue publie la planche des armes retrouvées à la ferme de l'Épineuse, près d'Alise-Sainte-Reine et un extrait du Moniteur universel relatant la venue de Napoléon III sur le site. En 1863, la revue est dirigée par Alexandre Bertrand, secrétaire de la Commission de Topographie des Gaules et directeur du musée gallo-romain, aujourd’hui musée d’Archéologie nationale.

Société archéologique de Constantine

Fondée en 1852, la société archéologique de Constantine (Algérie) a pour objectif le recueil, la conservation et la description des monuments historiques et archéologiques de la province. Elle compte, parmi ses membres fondateurs, Auguste Cherbonneau, le général Creuly et Léon Renier.

Société de Géographie

La Société de géographie est une société savante française, fondée en 1821. Elle a pour objectifs de diriger des travaux géographiques, dont des expéditions, et à contribuer au rayonnement de la géographie française.

Pour en savoir plus :  http://socgeo.com

Titus Labiénus
100-45 avant notre ère

Titus Labiénus est un général romain, un des principaux lieutenants de César durant la guerre des Gaules. C'est lui qui, à la tête de quatre légions, défait l'armée gauloise de Camulogène lors de la bataille de Lutèce en 52 avant notre ère.

Topographie

La topographie est la science qui permet la mesure, puis la représentation sur un plan ou sur une carte, des  reliefs et détails visibles sur le terrain, qu'ils soient naturels ou artificiels.

Uxellodunum

Uxellodunum est la dernière place forte gauloise assiégée par Jules César en 51 avant notre ère.

L’oppidum d’Uxellodunum dépendait de la cité des Cadurques, et la question de son emplacement a occupé une place importante dans le débat scientifique pendant le Second Empire. Il est aujourd'hui situé au Puy-d'Issolud, sur la commune de Vayrac (Lot).