Nous considérons souvent les archives comme de vieux grimoires, à la lecture difficile et réservée à quelques initiés. Elles sont bien plus que cela. Sources inestimables pour la recherche, elles apportent avant tout un témoignage sur une activité, une organisation, des faits historiques, des personnalités.

Que sont les archives ?

Les archives sont clairement définies au livre II du code du Patrimoine. Ce sont des documents produits ou reçus dans l’exercice d’une activité par un individu, ou un organisme qu’il soit privé ou public, et quels que soient leur date, leur support, leur forme ou leur lieu de conservation.

Ce qui signifie que ces documents peuvent être anciens ou non, sur support papier, sur verre, en plastique… Les archives peuvent être des données numériques, des photographies, des vidéos, des cartes, des plans, des enregistrements audios, des rapports, des courriers…

L’importance du producteur

Dans le cadre d’une activité, les documents sont produits par des individus ou des organismes. Ces derniers sont des producteurs d’archives. Les connaître permet de comprendre le contexte dans lequel les documents ont été créés, ce qui autorise une analyse fine des documents et une reconstitution des faits.

L’accès aux archives

Le droit français considère que les archives publiques, c’est-à-dire les documents produits par un organisme public ou dans le cadre d’une mission de service publique, sont accessibles de plein droit à qui en demande la consultation.

Des délais de communicabilité peuvent toutefois être imposés si les informations contenues dans les documents risquent, entre autres, de porter atteinte à la sûreté, à la sécurité publique, ou à la vie privée d’individus, ou encore, pour protéger le secret industriel et commercial.