Glossaire

Achéménide (période)

La période achéménide correspond à la domination des Perses achéménides sur le Proche et le Moyen-Orient. L’empire fut fondé par Cyrus le Grand au VIe siècle et disparut sous les coups d’Alexandre le Grand avec la mort de son dernier roi Darius III en 330.

Adad

Dieu de l’orage mésopotamien. En Assyrie et Babylonie, il est une figure très importante du panthéon, apportant ou bien la prospérité grâce à  la pluie, ou bien la dévastation dans sa colère. Dans certaines régions de Mésopotamie comme dans le Suhu, il est, au Ier millénaire, à la tête du panthéon local. Adad est le nom akkadien du dieu, appelé Addu en amorrite, Ishkur (Iškur) en sumérien.

Akkad

Akkad est le nom d'une région mésopotamienne située en Irak actuel, entre le Tigre et l'Euphrate. Elle désigne aussi une entité politique qui prospéra à la fin du IIIe millénaire av. J.-C. : l'empire d'Akkad, fondé par Sargon d'Akkad, le premier dirigeant à unifier les cités-Etat mésopotamienne sous son égide. La capitale de cet empire s'appelait également Akkad. Connue par les textes, on ne l'a pas retrouvée archéologiquement et on ne connaît donc pas sa localisation exacte. 

Barcasses

Terme utilisé par André Parrot pour désigner des réceptacles à libations de forme allongée aux extrémités arrondies généralement en plâtre, parfois en bronze, en pierre ou en bitume. Ils sont situés le plus souvent à la base et autour des tables d'offrande, des podiums, parfois à la base des murs.

Bétyle

Mot d'origine sémitique signifiant « maison de Dieu ». Il s'agit en général de pierres dressées sacrées qui manifestaient la présence du dieu. 

Caravansérail

Lieu pour héberger les caravanes. C'est un monument rectangulaire, clos, pourvu d'une entrée bien défendue. Il renferme une cour centrale sur laquelle ouvrent de grandes galeries adossées au mur d'enceinte qui renferment des espaces de stockage, d'hébergement, etc.

Croissant fertile

Aire géographique au Proche Orient qui correspond à la zone de répartition des céréales sauvages, où l'indice pluviométrique est supérieur à 200 mm par an et permet une agriculture sans irrigation. 

Esagil

Grand temple de Babylone dédié au culte du dieu Marduk et aux autres divinités du panthéon babylonien.

Etemenanki

Grande ziggurat de Babylone dont la tablette de l’Esagil donne les dimensions. Elle se présente comme une tour à 7 étages, le dernier étage étant un temple. Cette tour a donné naissance au mythe de la tour de Babel.

Glacis

En architecture militaire, un glacis désigne un talus défensif. Cet espace en pente oblige les agresseurs à avancer à découvert.

Grand Zab

(ou Zab supérieur) est un est un affluent de la rive gauche du Tigre qu’il rejoint au sud de Mossul. Il prend sa source en Turquie près du lac de Van et parcourt environ 400 km. Son bassin couvre plus de 40 000 km2.

Grande mosquée

La grande mosquée est l'oratoire, généralement de grandes dimensions, où l'on a le droit de célébrer officiellement la prière du vendredi midi, prière congrégationnelle au terme de laquelle est prononcée le prêche depuis le minbar.

Hammam

Bain oriental. Dans l’architecture islamique des XIIe et XIIIe siècles, le hammam fut, au côté de la mosquée et de la résidence palatiale, l’une des composantes principales des complexes militaro-palatins érigés par les princes ayyoubides, les sultans mamelouks et leurs émirs. Généralement présenté comme une annexe de la mosquée, en tant que lieu de purification rituelle avant la prière, le bain remplissait aussi des fonctions plus pragmatiques liées à l’hygiène corporelle, mais aussi ludiques héritées de l’Antiquité ; c’était enfin un lieu de sociabilité.

Kudurru

Dans la Mésopotamie kassite, stèle sur laquelle sont inscrites des donations de terre, ornée de nombreux symboles divins, destinés à protéger la propriété de la terre de toute revendication. Les kudurru étaient conservés dans les temples.

Néolithisation

La Néolithisation désigne le long processus (près de cinq millénaires) au cours duquel se mettent en place un ensemble de mutations sociales, techniques, économiques et culturelles qui partant d’un mode de vie basé sur une économie de prédation (chasseurs-cueilleurs) ont conduit à l’émergence de sociétés sédentaires dont l’économie repose sur la production alimentaire (agriculture et élevage).

Omeyyades

Première dynastie califienne régnant sur l’empire islamique de 660 à 749. La famille arabe et originaire de La Mecque dont cette dynastie est issue appartenait à la tribu du prophète Muhammad.

Philologie

La philologie est l’étude linguistique, historique et littéraire d’une langue ancienne. Elle connaît un essor important au XIXe siècle. La pratique philologique accompagne notamment le développement de l’archéologie afin de mieux comprendre les peuples antiques.

Plan basilical

En architecture, un plan basilical désigne un plan en longueur, dont la salle centrale est entourée d'une colonnade qui soutient la couverture. Fréquent dans les édifices religieux de l'empire romain puis de l'empire byzantin, il est aussi employé dans des bâtiments civils. 

Sargon II

Sargon II, dont le nom signifie "roi légitime", a régné sur une grande partie du Proche-Orient entre 721 et 705 av. J.-C. Son règne, bien documenté, correspond à une période d’essor politique et économique pour l’Assyrie. Roi de guerre par excellence, il mène une politique expansionniste grâce à plus d’une dizaine de campagnes militaires victorieuses dans l’ensemble du Proche-Orient. Il est également un roi bâtisseur, à l’origine notamment d’une nouvelle capitale royale : Dur-Sharrukin.

Sigillographie

Science de l'étude des sceaux et cachets.

Sumer

Le pays de Sumer est une région située en Mésopotamie du sud, en actuel Irak, autour du Tigre et de l'Euphrate. Aux IVe et IIIe millénaires av. J.-C., cette région est peuplée par les Sumériens, qui constituent une civilisation à l'origine de nombreuses innovations qui ont durablement influencé les époques et les peuples postérieurs. Par exemple, le territoire est organisé en cités-État dominant un arrière-pays agricole. Les Sumériens sont aussi à l'origine de l'écriture cunéiforme, dont ils inscrivaient les caractères sur des tablettes d'argile avec l'aide d'un roseau taillé appelé calame. 

Temple d'Ishtar (Mari, Ville II)

Le temple d'Ishtar est le premier édifice fouillé à Mari. Il a livré un riche matériel – statues d'Ebih-Il et d'Ishgi-Mari, restes de composition de mosaïques, vases précieux… – révélant alors l'importance de Mari. Le temple d'Ishtar est situé sur le flanc ouest du site, dominant une des portes de la ville et jouxtant un espace de marché et d'artisanat. Fondé milieu du IIIe millénaire (Ville II), il a été reconstruit par les shakkanakku, après sa destruction par les armées d'Akkad. Son plan quadrangulaire d'environ 30 × 50 mètres regroupe deux lieux de culte et un espace d'habitation. Ce type de plan s'inscrit dans une tradition architecturale de Mésopotamie centrale.