Syrie - Il y a 5 000 ans

Mari

archeologie.culture.fr/mari
Découverte en 1933 par des bédouins venus enterrer l’un des leurs, les fouilles françaises débutent durant l’hiver sous la houlette de André Parrot, qui réussit à l’identifier avec la ville antique de Mari. Entre Syrie et Irak, sa situation privilégiée en fait l’une des villes proches-orientales les plus importantes des IIIe et IIe millénaires av. J.-C.
Fouilles du massif rouge de Mari

Les recherches archéologiques sur le site de Tell Hariri-Mari ont débuté en 1933. Sous les directions successives d'André Parrot, de Jean-Claude Margueron puis de Pascal Butterlin, les 44 campagnes de fouilles ont permis d'amorcer l'étude d'une des grandes capitales du Proche-Orient ancien, aux IIIe et IIe millénaires av. J.-C.

Une ville des bords de l'Euphrate

Les exceptionnelles découvertes archéologiques et philologiques réalisées ont fait de Mari l'un des sites les plus prolifiques de ce domaine de recherches, à la frontière actuelle entre Syrie et Irak. Fondée vers 2900 av. J.-C. la ville a vécu 1200 ans environ et subi deux destructions complètes, en 2300 puis 1759 av. J.-C.

Seuls 8% de la superficie du site ont été explorés. C'est un lieu idéal pour étudier les conditions de l'urbanisation de la Syrie et la nature des contacts qui existaient entre monde syrien et monde suméro-akkadien. La position unique du site, les conditions de conservation de ses vestiges en ont fait un chantier-école où étudiants et chercheurs français eurent la possibilité de travailler avec les chercheurs issus du pays hôte mais aussi des pays limitrophes, Liban, Jordanie et Irak notamment. Les fouilles se sont déroulées jusqu'en 2010. 

La mission archéologique française de Mari et la crise syrienne
Le site a subi de plein fouet la crise syrienne. Depuis lors, la mission de Mari poursuit l'étude de ce site exceptionnel par la publication de fouilles restées inédites pour une large part et par la mise en valeur des archives inestimables compilées depuis 1933 et conservées au service des archives de la maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès. La mission assure également le suivi des dégâts sur le site en confrontant les données issues de la télédétection avec ses propres archives, notamment les photos satellites du site réalisées avant le début de la guerre. 
 
La mission archéologique française de Mari est soutenue par le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères sur l'avis de la Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger, ainsi que par le labex Les passés dans le présent. D'importantes collections issues des fouilles de Mari sont conservées au département des Antiquités orientales du musée du Louvre, dont les statues d'Ebih-Il, d'Idi-Ilum,ou la peinture dite "de l'investiture".

La lutte contre le vol et le trafic illicite des biens culturels est l'une des priorités du ministère de la Culture, qui prête une grande attention à l'ensemble de ces problématiques, notamment par son rôle régalien de contrôle de la circulation des biens culturels.

 

En savoir plus : 

La mission de Tell Hariri - Mari sur le site du ministère des Affaires étrangères et du Développement international

video
Mari. Pascal Butterlin. 2016
Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères
image
Protomé de lion de Mari
© RMN - Grand Palais (Musée du Louvre) / Pierre et Maurice Chuzeville
image
Peinture murale, scène sacrificielle
© Musée du Louvre, dist. RMN - Grand Palais / Thierry Ollivier
image
Foie divinatoire
RMN - Grand Palais (Musée du Louvre) / Franck Raux
image
Présage de Kish concernant Sargon
© RMN - Grand Palais (Musée du Louvre) / Franck Raux
image
Présage concernant la destruction de petites villes
© Musée du Louvre, dist. RMN - Grand Palais / Philippe Fuzeau
Statue de lion
Peinture murale, scène sacrificielle
Présage d'emprisonnement
Présage de Kish concernant Sargon
Présage concernant la destruction de petites villes
Lieu-dit

Mari

Localisation

Tell Hariri, Syrie

Date de découverte

1933

Période d’occupation

Début du IIIe - fin du Ie millénaire av. J.-C.

Direction scientifique

André Parrot (1933 - 1978)

Jean-Claude Margueron (1979 - 2004)

Pascal Butterlin (depuis 2005)