Aux origines de l’archéologie aérienne

Antoine Poidebard

L’exposition "Archives des sables, de Palmyre à Carthage" (Laténium, Suisse) met en valeur les exceptionnelles photographies aériennes réalisées durant l’Entre-deux-guerres par le père Poidebard au Proche-Orient.
Tempête de sable dans la steppe syrienne.

Des rives de la Méditerranée au ciel du Levant

Missionnaire jésuite et explorateur, Antoine Poidebard (1878-1955) s’établit à Beyrouth en 1925. Chargé de missions cartographiques par les autorités mandataires françaises, il prend la mesure de l'extraordinaire potentiel de la reconnaissance aérienne pour la documentation archéologique. Avec l'appui logistique de l’Armée de l'air française, il effectue des milliers d'heures de vol, principalement au-dessus des steppes désertiques de Syrie, mais également sur les côtes de la Méditerranée, jusqu'en Algérie et en Tunisie. Amateur génial, Poidebard a développé des procédés techniques innovants, et a établi les procédures rigoureuses qui ont permis à l'archéologie aérienne de devenir une véritable méthode scientifique.

L'art et la technique au service de la recherche archéologique

Réalisée en collaboration avec la Bibliothèque orientale de Beyrouth (Université Saint-Joseph), l’exposition réunit des tirages originaux d'une qualité exceptionnelle et des documents d'archives inédits. Entre technique photographique, aéronautique et archéologie, elle montre la conjonction étonnante entre les exigences de la recherche scientifique et la portée artistique des photographies de Poidebard.

Des témoignages irremplaçables sur le passé antique du Proche-Orient

Alors que les conflits qui embrasent l'Irak et la Syrie s'accompagnent de terribles atteintes aux sites archéologiques, le Laténium répond à un enjeu d'actualité. Pourtant, l'exposition "Archives des sables" prend une certaine distance par rapport à l'exploitation politique du débat patrimonial. Elle met en lumière l'instrumentalisation idéologique de l'archéologie coloniale, et nous invite ainsi à identifier nos propres responsabilités scientifiques dans le sort tragique réservé aujourd'hui à ce patrimoine culturel inestimable.

 

Nom

Antoine Poidebard

Date

1878-1955

Titre

Chargé de missions cartographiques pour l'armée française

Direction scientifique

Marc-Antoine Kaeser (Laténium) et Lévon Nordiguian (Université de Beyrouth)