• Accueil
  • L’Ezida de Nimrud, un centre savant
  • Un centre administratif
  • Deux exemples de prêts

Un exemple de prêt sans intérêt

Tablette ND. 5451

Nabu-nadin, fils de Nabu-shezib, a emprunté 1 ânée, 5(BAN2) (soit 276 litres en tout) d’orge (…) appartenant au dieu Nabu.

Il remboursera l’ensemble de ce montant au mois d’ulûlu (août-septembre).

S’il ne le remboursait pas, il devrait ajouter (au remboursement) deux sutu (36,8 litres) par ânée (184 litres).

(Liste des témoins devant lesquels le contrat a été conclu) ; au mois d’aiaru (avril-mai), le 2ème jour ; éponymie de Mannu-ki-sharri (année 665).

Traduction Philippe Clancier

 

Dans cette tablette, Nabu-nadin emprunte une faible quantité de grains au moment de la soudure. Il s’agit ici d’assurer sa subsistance et celle de sa famille. Les autorités de l’Ezida se montrent clémentes puisqu’aucun intérêt ne sera exigé. En revanche, si Nabu-nadin ne pouvait honorer son contrat en temps voulu, il devrait payer une amende de 36,8 litres de grains pour 184 litres, ce qui représente donc 20% de la somme. Le contrat est validé par des témoins dont le nom est inscrit par le scribe après les clauses légales. Vient ensuite la date.

Un exemple du rôle de banque de l’Ezida

Tablette ND. 5448

Scellement de Tehaya, garde de la reine.

Sukaya a emprunté 21 ânées (3864 litres) d’orge (…) appartenant à Nabu.

Il donnera 5 sutu (92 litres) pour 1 ânée (184 litres) au moment du battage. Il donnera (aussi) 50 balles de paille avec le (remboursement du) montant (prêté).

S’il ne remboursait pas (en temps et en heure), il devrait ajouter (au remboursement) (une somme, une amende) en fonction (du taux en vigueur).

Libashi, son épouse, a été placée en gage.

(Liste des témoins) ; au mois de nisan (mars-avril), le 26ème jour ; éponymie de Milki-ramu, le rab kasir (année 656).

Traduction Philippe Clancier

 

Ce prêt, au regard des quantités échangées, est d’une autre nature que le précédent. Il avait probablement pour fonction de financer une activité non précisée. Il y a cette fois un intérêt élevé puisqu’il atteint 50% (92 litres pour 184 litres empruntés) et d’autres produits sont aussi à fournir.

On ne précise pas le montant de l’amende en cas de non remboursement à temps car il était connu de tous. « Nabu » prit soin d’assurer son capital en recevant en gage l’épouse de Sukaya. Cette dernière risquait de perdre sa liberté si son mari faisait une mauvaise affaire.