Assur et l’Assyrie

L’Assyrie est originellement le « Pays du dieu Assur » (Mat Assur) qui lui a donné son nom. Assur était aussi le nom de la première des capitales de l’Assyrie, aujourd’hui Qal’at Sharqat. Ainsi, Assur était à la fois une ville, un dieu, un royaume. Le roi d’Assyrie portait le titre précis de « roi du pays d’Assur ».

L’Assyrie du XVe au VIIe siècles

Au XVe siècle av. J.-C., Assur était déjà suffisamment puissante pour nouer des relations diplomatiques avec l’Égypte et la Babylonie, mais son histoire est surtout connue à partir du XIVe siècle av. J.-C. et du règne du roi Assur-uballit Ier (1353-1318 av. J.-C.). L’Assyrie devint alors progressivement un vaste empire au cours de deux grandes périodes l’une du XIVe au XIe siècle av. J.-C. dite « médio-assyrien » et l’autre de la fin du Xe à la fin du VIIe appelée « néo-assyrien ». L’Assyrie disparut en tant qu’État indépendant après sa conquête par les Mèdes et les Babyloniens à la fin du VIIe siècle, entre 614 et 610 av. J.-C..

Le cœur du territoire assyrien

L’Assyrie se situait au nord-est de l’Irak actuel, à cheval sur le Tigre. Ses villes principales étaient, outre Kalhu (Nimrud), Ninive, Arbil et Assur, la plus méridionale d’entre elles. Assur, Ninive et Arbil constituaient un espace qu’il est coutume de dénommer, aujourd’hui, « le triangle assyrien ». Essentiellement situé dans la plaine mésopotamienne, l’Assyrie se trouvait à la limite des secteurs de l’agriculture sèche et de l’agriculture irriguée, à la différence de la Babylonie qui dépendait toute entière de ses canaux pour assurer sa subsistance.