La ville protohistorique de Lattara est limitée par un rempart et s’inscrit dans un triangle. Sa trame remonte au milieu du Ve s. avant notre ère et est largement articulée autour d’un système viaire. Celui-ci a donc commandé la forme et l’organisation des îlots d’habitation : à la base du triangle, dans la partie la plus large, le long de la rue 100, alternent des îlots à simple largeur de salle (par exemple îlots 4-nord et 8) et des îlots à double largeur (par exemple îlots 5, 4-sud, 16) ; ces derniers peuvent être parfois rétrécis à une largeur simple vers l’ouest. Les schémas sont donc multiples et la disposition et la forme des maisons au sein des îlots n’est pas permanente : l’organisation générale est ancienne mais la structuration interne évolue au fil du temps. Cependant, la répartition de l’habitat en lots de taille modeste et relativement semblable constitue une donnée traditionnelle et durable sur le plan à la fois architectural et social. On la retrouve en effet sur nombre d’habitats protohistoriques de Gaule méridionale comme à Nages ou à Martigues.