Les nombreux ossements animaux retrouvés dans la ville de Lattara attestent la part importante tenue par la viande et les laitages dans l’alimentation. Dans la continuité des habitudes de la fin de l’Âge du Bronze, les espèces chassées sont nombreuses aux VIe-IVe s. avant notre ère : cerfs, chevreuils et sangliers, mais également lynx et lièvres font partie de l’alimentation des lattarenses.

À partir du IIIe s. avant notre ère, la part des espèces chassées diminue fortement. Proportionnellement, les espèces élevées comme les porcs, les bœufs, les moutons et les chèvres constituent alors la plus grande part des animaux consommés. Les recherches menées sur le site ont également confirmé la consommation régulière du chien, comme d’ailleurs des oiseaux : canards, grèbes, hérons, pigeons et surtout cormorans, pour les espèces chassées. Leur part diminuera progressivement durant les derniers siècles de la ville, au profit de la poule domestique et du canard qui prendront une place croissante dans l’alimentation carnée.