La région rethéloise s’inscrit dans la grande plaine champenoise au sous-sol calcaire généralement appelée « Champagne ardennaise ». Vers l’Est cette entité est limitée entre Semide et Mont-Laurent par la côte de Champagne (cuesta turonienne). Au Nord de l’Aisne les monts de Sery et de Chaumont, « le Haut Porcien » (Crétacé inférieur), annoncent les crêtes centrales du massif ardennais (Oxfordien). Le paysage est légèrement plus vallonné qu’au sud de la rivière où dans les grandes étendues ondulées de l’immense plaine (Crétacé supérieur) serpentent les rivières comme la Retourne qui vient se jeter dans l’Aisne à Neufchâtel-sur-Aisne. Les sols sont lessivés et les terres limoneuses très riches en calcaire ne dépassent pas 30 à 40 cm d’épaisseur là où elles subsistent. Au quaternaire les gels et dégels ont disloqué certaines poches de craie pour transformer le calcaire faillé en granules de quelques millimètres de diamètre appelés graveluche, parfois cimentés, pouvant atteindre plusieurs mètres d’épaisseur. 

Dans la vallée, les alluvions graveleuses du quaternaire sont surmontées de limons de débordement pouvant atteindre plus d’1 m d’épaisseur. Propices aux pâturages ces terres sont maintenant cultivées, notamment en maïs. 

Les structures archéologiques creusées dans ces sols calcaires plus ou moins compacts de la grande plaine ont été comblées par les faibles recouvrements humiques et cette région est donc particulièrement favorable à la prospection aérienne.