• Accueil
  • Découvrir le site
  • Contexte historique et environnemental
  • Le Paléolithique récent en Europe

Étiolles et le Magdalénien remontent à la fin du Paléolithique récent, une subdivision tardive de la préhistoire humaine commencée il y a plus de 2 millions d’années en Afrique. Cette subdivision agrège les trajectoires historiques très diverses des chasseurs-cueilleurs entre 40 000 et 10 000 ans avant notre ère en de nombreuses régions du globe, toutes dorénavant peuplées par notre espèce humaine, Homo sapiens.

Des innovations marquantes

Notre espèce s’installe en Europe vers 40 000 avant notre ère tandis que disparaissent les Néandertaliens, et cette implantation s’accompagne d’innovations marquantes : renouvellement et perfectionnement des armes, fabrication de lames en silex adaptées à la confection minutieuse de nombreux instruments en matière osseuse et de parures sans antécédents en Europe. Les coquillages de ces parures se retrouvent parfois à des centaines de kilomètres de leur lieu de collecte et circulent alors par des réseaux d’échange. Ceux-ci véhiculent aussi de tout nouveaux symboles reproduits somptueusement sur des objets ornés ou bien sur des parois de grottes.

Des traditions variées

Ces quelques traits structurants du Paléolithique récent européen se déclinent en traditions techniques et artistiques assez variées selon les époques et les régions. Du coup, les préhistoriens ont identifié plusieurs grands ensembles culturels successifs ou co-existants et les ont nommés en référence aux sites archéologiques où ils furent reconnus dès les années 1860 : c’est le cas du Magdalénien d’abord identifié à La Madeleine en Dordogne.